Le CIUSSS Mauricie et Centre-du-Québec demeure très alerte en cette période où les risques pour la santé physique et mentale des sinistrés demeurent élevés.

Inondations: le CIUSSS aux aguets

Pour la majorité des gens, la baisse du niveau de l'eau signifie tout simplement le retour à la normale après cette crise sans précédent dans la région.
Mais pour les sinistrés, le travail ne fait que commencer, eux qui en auront pour des jours, sinon des semaines, à travailler pour un retour à la normale. Le CIUSSS Mauricie et Centre-du-Québec demeure d'ailleurs très alerte en cette période où les risques pour la santé physique et mentale des sinistrés demeurent élevés.
Le CIUSSS a d'ailleurs publié, sur la page d'accueil de son site web, un lien menant vers une foule d'informations essentielles pour le maintien d'une bonne santé physique et mentale durant cette épreuve. À commencer par les précautions à prendre lors du nettoyage des pièces de la maison qui auront été sinistrées.
Selon Wisi Ossavu, conseiller en santé environnementale au CIUSSS-MCQ, il importe de porter en tout temps de l'équipement adéquat pour se protéger contre les moisissures, porter des gants, un masque, des bottes et même une combinaison lors des travaux. 
«Dès que les sinistrés vont réintégrer les pièces de la maison, il faut tout de suite aérer au maximum afin de faire diminuer le taux d'humidité, ce qui ralentira la progression des moisissures. Il faut ensuite procéder au lavage avec de l'eau chaude et du savon, puis à la désinfection à l'eau de javel des surfaces et des objets qui ont été en contact avec de l'eau souillée», indique M. Ossavu, rappelant que l'eau du fleuve ou de la rivière transporte des bactéries pouvant causer des infections comme la gastroentérite. 
Les aliments et médicaments qui auront été en contact avec de l'eau ou qui seront restés dans un frigo sans alimentation électrique doivent impérativement être jetés. Les sinistrés devraient par ailleurs se départir des matériaux poreux, comme les tapis, certains tissus et même le gypse qui auront été en contact avec de l'eau.
Finalement, après le lavage et la désinfection, pour laquelle un guide de concentration d'eau de javel est disponible sur le site web du CIUSSS-MCQ, l'étape du séchage est primordiale pour le maintien de l'hygiène des lieux.
Risques
Il existe des risques variés à la santé des sinistrés, risques auxquels il faut absolument être attentif. D'abord, il importe de toujours couper l'électricité avant d'entreprendre quoi que ce soit, car l'eau peut avoir fait son chemin jusque dans les prises de courant et calorifères électriques, causant de grands risques d'électrocution.
Il faut aussi être vigilant si l'on utilise des équipements à combustion, pour éviter les intoxications au monoxyde de carbone. Utiliser ces équipements à l'extérieur ou encore se munir d'un détecteur de monoxyde de carbone devient la meilleure option.
«C'est un gaz inodore et incolore qui est très toxique. Dès qu'on commence à ressentir un étourdissement, il faut tout de suite contacter le 911», explique M. Ossavu. 
Ce dernier rappelle aussi de faire attention aux risques de blessures musculaires et d'accidents cardiaques lors du transport de charges trop lourdes, et préconise plutôt le travail d'équipe pour réduire le poids des charges.
Eau potable ou non?
En ce qui concerne la consommation de l'eau potable, M. Ossavu rappelle que l'eau souillée du fleuve ou de la rivière peut avoir altéré la qualité de l'eau potable. Pour les résidents desservis par le réseau d'aqueduc, il faut suivre les consignes données par la municipalité.
Par contre, tout résident dont la maison est desservie par un puits doit automatiquement considérer l'eau comme étant non potable. Si la coloration de l'eau du robinet est correcte, il est recommandé de la faire bouillir une minute avant de la consommer, ou encore d'utiliser de l'eau en bouteille.
Si l'eau du robinet est colorée ou a une odeur, il ne faut pas la consommer, même bouillie, car les risques de gastroentérite sont trop grands. Il faudra alors procéder à un test pour s'assurer de la qualité de l'eau du puits.
À l'affût de la détresse psychologique
Depuis la phase aiguë des inondations dans la région, les spécialistes en santé psychosociale du CIUSSS-MCQ sont sur le terrain et vont à la rencontre des sinistrés. Mais de l'avis de Dave Fillion, coordonnateur des services psychosociaux du CIUSSS, la baisse du niveau de l'eau signifie le commencement du vrai travail pour les intervenants... tout comme pour les sinistrés d'ailleurs.
«Lors de la phase aiguë, nous avons fait de la prévention, de la sensibilisation, et de la consultation au besoin. Mais nous étions surtout en phase de repérage. Chaque situation est unique. Nous avons identifié certains besoins, et nous allons mettre en place un système de relance téléphonique pour assurer un suivi dans les prochains jours et les prochaines semaines», indique M. Fillion.
Selon lui, les épisodes de découragement et d'épuisement peuvent survenir fréquemment chez les personnes qui font face à ces sinistres, et les principales manifestations peuvent aussi se traduire par du stress, de l'anxiété et de la fatigue. «La réaction est différente d'un individu à l'autre. Souvent, on peut aussi connaître des problèmes préalables, et les inondations deviennent un facteur aggravant», constate Dave Fillion. 
Évidemment, d'être bien entouré devient un facteur de protection, et les sinistrés devraient aussi être encouragés à reprendre le plus rapidement possible leurs activités qu'ils affectionnaient avant les inondations, pour favoriser un retour rapide à la normale.
«Si on constate des changements d'habitudes dans le comportement de la personne, c'est important d'aller rapidement chercher de l'aide. L'entourage doit être très alerte, car bien souvent, la personne sera concentrée sur la situation actuelle et ne se verra pas aller», constate M. Fillion.
Ce dernier indique qu'à tout moment, lors de séances publiques d'information, les intervenants seront présents tant pour faire du repérage que pour fournir de l'information. Présentement, une vingtaine d'intervenants sont déployés sur le terrain, et demeureront en poste aussi longtemps que nécessaire. Plusieurs informations sont également disponibles sur le site web du CIUSSS-MCQ, et la ligne Info-Social du 811 est disponible en tout temps pour répondre aux besoins des sinistrés et de leur entourage.