Près de 350 personnes ont assisté lundi à une rencontre citoyenne sur l’avenir de l’urgence du CLSC de Fortierville.

Fermeture possible de l'urgence la nuit à Fortierville: beaucoup d’inquiétude

FORTIERVILLE — Il y avait du monde à la messe lundi soir à Fortierville. Préoccupées par la fermeture envisagée de l’urgence du CLSC de la municipalité durant la nuit, près de 350 personnes ont assisté à la rencontre citoyenne sur cet enjeu qui avait lieu à l’église de Fortierville.

D’emblée, le président-directeur général par intérim du Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ), Carol Fillion, a affirmé aux nombreux citoyens qu’il était temps «qu’on se parle» des services de santé et des services sociaux sur le territoire desservi par le CLSC de Fortierville. Cette réorganisation des plages horaires de l’urgence, qui prévoit sa fermeture entre minuit et 6 h, favoriserait selon la direction du CIUSSS l’accès aux soins de santé.

L’équipe de soins du CLSC a présenté les raisons qui justifient la fermeture la nuit de l’urgence. Malgré la présence d’un médecin sur place en tout temps durant la nuit, très peu de patients s’y présentent. En moyenne, le médecin ne voit qu’un patient par quart de travail entre minuit et 6 h. Libéré de ce quart de nuit, le médecin peut ainsi rencontrer davantage de patients durant le jour, affirme le CIUSSS MCQ.

«C’est vrai que c’est inquiétant lorsqu’on entend que l’urgence sera fermée la nuit», soutient la Dre Isabelle Héroux, médecin au CLSC de Fortierville et adjointe au département de médecine générale. «Tout le monde aimerait garder les services comme ils le sont, mais on se doit en raison d’exigences du ministère de la Santé d’offrir plus de disponibilités le jour.»

La sécurité des patients aux prises avec des problèmes de santé urgents durant la nuit serait assurée par les services ambulanciers. Les cas plus urgents sont d’ailleurs déjà transférés à l’urgence du Centre hospitalier de Trois-Rivières.

L’équipe de soin du CLSC a également expliqué aux citoyens sur place le fonctionnement du service ambulancier. Trois équipes d’ambulanciers sont maintenant en service en tout temps sur le territoire concerné. Cela est relativement récent, car les ambulanciers travaillaient jusqu’à tout récemment selon des horaires de faction. Ce changement a permis d’améliorer en moyenne de 12 minutes les interventions des ambulanciers qui peuvent offrir certains soins de santé et arriver plus rapidement au centre hospitalier régional à Trois-Rivières.

Plusieurs citoyens ont manifesté de l'inquiétude lors de la rencontre de lundi soir.

Le CIUSSS MCQ mentionne également que les services actuellement offerts par le CLSC de Fortierville «ne permettent pas aux médecins d’assurer efficacement tous les services pour leurs patients». Selon les prévisions, il serait possible de réaliser près de 3000 consultations supplémentaires par années avec le Groupe de médecine de famille (GMF).

La fermeture de l’urgence la nuit entraînerait, selon l’équipe soignante du CLSC, plus de disponibilités des infirmières et un meilleur accès à la radiologie et au GMF. «On ne travaillera pas moins. On va juste être capable de faire plus avec le nombre d’heures que nous avons», précise la Dre Mireille Cantin, responsable du GMF.

De l’inquiétude chez les citoyens

Un citoyen a affirmé après la présentation que l’urgence de Fortierville «a donc été ouverte la nuit durant plusieurs années pour rien». Carol Fillion lui a répondu que les services ambulanciers ainsi que les soins au centre hospitalier de Trois-Rivières ont grandement évolué ces dernières années, permettant le changement d’horaire de l’urgence de Fortierville.

La majorité des questions des citoyens concernait justement la rapidité d’intervention des soins urgents. La direction du CIUSSS MCQ a répondu que les cas urgents qui mettent la vie du patient en danger vont déjà directement à l’urgence de Trois-Rivières, que ce soit le jour ou la nuit.

Quelques citoyens ont demandé si la fermeture de l’urgence la nuit est la première étape vers une fermeture complète. Ce commentaire, mentionné quelques fois, a été applaudi par plusieurs citoyens présents. Une médecin ainsi que le PDG du CIUSSS MCQ ont répondu que la fermeture complète de l’urgence n’est pas envisagée. Une autre citoyenne affirme qu’il serait bon d’avoir une infirmière clinicienne de garde la nuit pour «rassurer les personnes âgées» qui sont, dit-elle, très inquiètes de la situation. Une médecin lui a répondu qu’il n’existe aucune infirmière clinicienne au Québec qui fait de l’urgence.

Plusieurs citoyens, qui ne semblent pas avoir accepté les raisons invoquées par l’équipe soignante, ont dénoncé le fait que la décision a été prise sans prendre en compte l’opinion des citoyens concernés. Un autre citoyen a mentionné que cette décision de couper les heures d’ouverture de l’urgence du CLSC a pour but de diminuer le budget et que cela entraînera des risques pour la santé de la population. À ce titre, Carol Fillion a répondu que les budgets sont bonifiés à Fortierville.

Une pétition lancée par les élus

De nombreux maires de la MRC de Bécancour ont assisté à la rencontre de lundi soir. La mairesse de Fortierville, Julie Pressé, a affirmé que la population a à cœur son CLSC. «Une diminution de services, ce n’est jamais une bonne nouvelle», affirme la mairesse. «Il y a encore beaucoup d’inquiétude.»

De son côté, le maire de Sainte-Françoise et préfet de la MRC de Bécancour, Mario Lyonnais, a annoncé qu’une pétition allait être déposée par les maires afin de sonder l’opinion de la population. «Je vous demande de ne pas mettre de l’avant le projet dès maintenant et d’attendre les résultats de la pétition», a affirmé Mario Lyonnais à la direction du CIUSSS MCQ.