Le président du conseil d’administration de la Coop santé Sainte-Gertrude, Pierre Moras, et l’un des médecins, Charles Couturier, posant dans les nouveaux bureaux du point de service de Gentilly.

Coop santé Sainte-Gertrude: point de service plus grand à Gentilly

Bécancour — «Le relocalisation est le résultat d’un heureux problème». Voilà comment le président du conseil d’administration de la Coop santé Sainte-Gertrude, Pierre Moras, a expliqué le déménagement du point de service de Gentilly dans des locaux deux fois plus grands, au deuxième étage de l’immeuble qui abrite le CIUSSS.

D’ailleurs, cette proximité avec le CLSC fait partie des atouts soulevés par l’un des médecins cogestionnaires, Charles Couturier. Tout comme la présence d’un ascenseur et de plusieurs espaces de stationnement.

Depuis 2018, tous les membres de la coopérative ont un médecin de famille et les deux jeunes médecins sont en recrutement de nouveaux patients. Le nouvel espace de 2500 pieds carrés (contre 1100 pieds carrés auparavant) ouvre donc la porte à une plus grande clientèle. De plus, la gamme de services professionnels offerte sera augmentée par l’ajout, entre autres, d’une infirmière praticienne (super infirmière) et des services professionnels.

La Coopérative de Solidarité Santé Sainte-Gertrude est la propriété collective de ses membres utilisateurs, de ses membres travailleurs et de ses médecins qui y pratiquent. Au fil du temps, le succès et la notoriété de la coopérative n’ont cessé de croître, de telle sorte qu’en 2016, à la suite du départ à la retraite d’un médecin à la clinique médicale de Gentilly, un autre exercice de mobilisation et de solidarité a été réalisé par des gens du milieu afin d’intégrer cette clinique comme point de service à la coopérative.

Depuis 2017, deux jeunes médecins se sont greffés au corps médical de la coopérative. Ces médecins pratiquent surtout au point de service à Gentilly. Cependant, l’espace actuel ne convenait plus, l’accès à la clinique de Gentilly était difficile pour les personnes à mobilité réduite (les personnes âgées et les personnes en chaise roulante). C’est sans compter le manque de stationnements pour les employés, les médecins et pour la clientèle de la coopérative.

Devant cette situation, le conseil d’administration aura analysé plusieurs options, l’acquisition d’une bâtisse existante, la construction d’une bâtisse neuve ou demeurer locataire, soit dans un autre bâtiment ou au même endroit avec les inconvénients s’y rattachant. Compte tenu des coûts élevés des deux premières options, les administrateurs auront choisi la troisième.

«Le rôle de la coop pour qu’on reste dans le village est primordial, avec des coûts de fonctionnement raisonnables. On se sent choyé», a ajouté le Dr Couturier. «Les gens se sont serré les coudes», a rappelé le maire suppléant de Bécancour, Raymond St-Onge, visiblement heureux d’apprendre que six médecins faisaient partie du personnel de la Coop santé Sainte-Gertrude.

D’ailleurs, la rétention des médecins et l’amélioration des services de proximité font partie des critères ayant justifié l’aide de 30 000 dollars consentie par le Fonds Aluminerie de Bécancour pour les collectivités durables. Pour sa part, déjà impliquée dans le domaine de la santé, Desjardins contribue au projet à la hauteur de 25 000 dollars. En tout, il s’agit d’une initiative qui frôle les 95 000 dollars et à laquelle la Ville de Bécancour a aussi participé.