Le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, et le porte-parole de la CAQ en matière de santé, François Paradis, en point de presse après avoir rencontré les intervenants du milieu nicolétain.

Centre Christ-Roi: «Ça devient un combat»

À la suite d'une rencontre avec les intervenants nicolétains, le porte-parole de la CAQ en matière de santé, François Paradis, s'engage à accompagner le milieu dans sa lutte pour compenser la perte de services spécialisés au Centre Christ-Roi de Nicolet.
«Ça devient un combat pour inverser la décision. Il faut agir rapidement. La population est en droit d'avoir des réponses», a-t-il confié mercredi au Nouvelliste, en marge de sa tournée des régions.
Lors d'un échange entre le ministre Gaétan Barrette et la mairesse Geneviève Dubois, des solutions avaient été évoquées, dont celle de recourir à «un interniste plus généraliste», rapporte le critique caquiste. Le tout serait encore sous analyse du côté du CIUSSS régional. 
«Malgré cela, il n'y a pas d'améliorations concrètes. Le milieu est en attente de réponse. On en fera un dossier assez important», a promis celui qui, au passage, a salué l'implication des autorités municipales et de l'équipe médicale pour garder les services de proximité.
À son avis, le gouvernement libéral se plaît à «mettre à sac des modèles pour faire du mur à mur alors que ça ne fonctionnait pas mal au Centre Christ-Roi». «On est en train d'habituer la population à quelque chose de pas normal, en faisant reposer sur les épaules du patient le fardeau de déplacement», déplore celui qui a rappelé la pétition de quelque 10 000 noms pour le maintien des services.
Pour sa part, son collègue Donald Martel trouve pathétique que Nicolet soit pénalisée par rapport à la performance des médecins. «Et il n'y a plus personne d'imputable par rapport aux services donnés», dénonce le député de Nicolet-Bécancour. Et ce dernier reste préoccupé par la situation à l'urgence du Centre Cloutier-du Rivage, tout comme François Paradis qui y voit un autre exemple d'impact de la réforme sur le réseau de la santé.