«À travail égal, salaire égal»

Trois-Rivières — Les ressources intermédiaires d’hébergement réclament du gouvernement du Québec un meilleur financement afin d’être en mesure de mieux payer leurs préposés aux bénéficiaires en pleine situation de rareté de main-d’oeuvre.

L’Association des ressources intermédiaires d’hébergement du Québec mène une tournée au Québec afin de préparer la prochaine ronde de négociations avec le gouvernement. Ce dernier finance à 100 % ces maisons où vivent notamment des personnes âgées en perte d’autonomie. Cette association, qui regroupe 57 ressources hébergeant 1437 personnes dans la région, veut que le gouvernement contribue davantage afin de payer convenablement les préposés. Selon cette association, 2500 postes seraient à pourvoir dans tout le réseau, dont 151 en Mauricie et au Centre-du-Québec.

«Le nerf de la guerre est le financement. Les propriétaires des ressources intermédiaires utilisent cet argent pour payer les salaires des préposés. Le financement permet d’octroyer des salaires de 14 $ l’heure. Le réseau public paie, à l’entrée en service, 22 $. La différence est trop grande. La concurrence est déloyale, sachant que les ressources intermédiaires sont un service public», plaide la directrice générale de l’Association des ressources intermédiaires d’hébergement du Québec, Johanne Pratte, qui était à Bécancour, vendredi, afin de rencontrer des propriétaires de ressources intermédiaires d’hébergement.

L’ARIHQ s’attend à ce que les négociations avec Québec débutent en février. L’association estime que les ressources intermédiaires d’hébergement doivent offrir le même salaire aux préposés, soit 22 $ l’heure.

«Nos préposés ont plus de responsabilités qu’au public, soutient la directrice générale. Ce sont nos préposés qui font des actes délégués: prise de pression, de glycémie. Si les ressources intermédiaires n’arrivent pas à recruter des préposés, on tombe en rupture de service. Les résidents vont s’en aller dans les CHSLD et ça coûte 300 $ par résident par jour au lieu de 120 $ dans une ressource intermédiaire. À travail égal, salaire égal.»

Une option aux maisons des aînés

Selon Johanne Pratte, le réseau des ressources intermédiaires d’hébergement pourrait répondre au concept des Maisons des aînés dont l’annonce a été faite plus tôt cette semaine par la ministre Marguerite Blais.

«C’est un beau milieu de vie, c’est intégré dans la communauté. Mme Blais a seulement à ajuster le financement. On va en développer, des maisons, et ça ne coûtera pas 500 000 $ par chambre à construire comme cela a été annoncé.»