On retrouve les huiles partiellement hydrogénées notamment dans les produits de boulangerie et de pâtisserie et dans d'autres aliments où ils servent à améliorer la texture et la durée de conservation.

Santé Canada interdira la principale source de gras trans industriels

Santé Canada a complété sa démarche pour faire interdire les huiles partiellement hydrogénées (HPH), la principale source de gras trans industriels dans l'assiette des Canadiens.
L'agence a précisé par communiqué vendredi que cette interdiction visera les produits faits ici comme importés, et ce, jusque dans les restaurants.
Les gras trans font augmenter les lipoprotéines de faible densité, c'est-à-dire le cholestérol dit «mauvais» dans le sang, tout en abaissant celles à haute densité, le soi-disant «bon» cholestérol - ce qui accroît les risques de maladie du coeur, une des principales causes de décès au pays.
On les retrouve notamment dans les produits de boulangerie et de pâtisserie et dans d'autres aliments où ils servent à améliorer la texture et la durée de conservation.
La dernière étape avant l'entrée en vigueur de cette interdiction a été franchie vendredi avec l'ajout des HPH à la Liste des contaminants et des autres substances adultérantes dans les aliments.
Le gouvernement accorde un an à l'industrie alimentaire pour effectuer la transition, qu'elle avait déjà amorcée par elle-même.
À compter du 15 septembre 2018, il sera illégal de vendre tout produit contenant des HPH.
«L'élimination de la plus importante source de gras trans d'origine industrielle dans l'approvisionnement alimentaire est une réalisation importante et une nouvelle mesure ferme qui aidera à protéger la santé des Canadiens», a déclaré la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor.
La Fondation des maladies du coeur et de l'AVC a aussi bien accueilli la nouvelle.
«Cette mesure réduira le nombre de crises cardiaques au pays et sauvera des vies», s'est réjoui son chef de la direction, Yves Savoie.