Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le CIUSSS Mauricie - Centre-du-Québec dépense quatre fois plus pour sa main-d'oeuvre en allant piger au sein des agences de placement privées.
Le CIUSSS Mauricie - Centre-du-Québec dépense quatre fois plus pour sa main-d'oeuvre en allant piger au sein des agences de placement privées.

Santé : les agences privées quadruplent leurs revenus

Marc-André Pelletier
Marc-André Pelletier
Initiative de journalisme local - Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières – Les agences de placement privées ont fait quatre fois plus d'argent depuis le début de la pandémie que lors des trois années précédentes, engrangeant au passage quatre millions de dollars en neuf mois et le compteur continue à tourner.

Entre le 1er avril et le 17 novembre dernier, le CIUSSS Mauricie – Centre-du-Québec a fait massivement appel aux agences privées pour éponger le manque d'infirmières, d'infirmières auxiliaires et de préposés aux bénéficiaires.

En l'espace de trois ans, selon les données recueillies par Radio-Canada Mauricie, le montant associé au privé est passé de 950 122$ à 4 133 207$, à la différence que pour les années antérieures, les données étaient comptabilisées sur 12 mois et non neuf, comme c'est le cas en 2020.

Le CIUSSS explique cette explosion des dépenses à la société d'État par «les besoins exponentiels de main-d'oeuvre» et ajoute que la pandémie a généré «de nouveaux besoins».

La Santé publique assure également que ces coûts sont reliés au personnel qui n'est plus aussi mobile qu'en contexte naturel.

Interpellés par la question par Radio-Canada Mauricie, les syndicats se disent inquiets de la situation.

Au Syndicat des professionnelles en soin de la Mauricie et du Centre-du-Québec, la présidente Nathalie Perron croit que les sommes octroyées aux agences auraient pu servir à fournir de meilleures conditions au personnel déjà en place.

Le Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métiers croit abonde dans le même sens. Pascal Bastarache estime que le salaire dispensé au privé pourrait servir à effectuer un «changement de cap».

Les deux syndicats s'interrogent sur la mesure, alors que des embauches massives ont pourtant été effectuées par le CIUSSS lors depuis plusieurs semaines.