Après un congé forcé, les skieurs étaient au rendez-vous au centre de glisse Vallée du parc.

Samedi sous la pluie, dimanche de répit

Après avoir eu droit à tout un cocktail météo, rendant la vie difficile à tous ceux qui ont osé s'aventurer à l'extérieur samedi, Dame nature a accordé un moment de répit dimanche.
<p>Le retour du défilé du Carnaval de Gentilly a marqué la soirée d'ouverture de la 45e édition de l'événement samedi soir.</p>
<p>Les conditions climatiques ont été à l'origine de plusieurs sorties de route samedi.</p>
«Au total, entre 5 h et 23 h, il est tombé entre 15 et 20 millimètres samedi. On parle de 5 à 10 millimètres sous forme de pluie verglaçante et la même chose en pluie dans la soirée», a affirmé Yvan Dubé, météorologue à Environnement Canada. La température, quant à elle, variait entre 3 et 5 degrés Celsius dans la région.
Par ailleurs, la météo n'a pas ralenti les ardeurs des participants du Carnaval de Gentilly. Le traditionnel défilé a effectué son retour tel que prévu, après quelques années d'absence, et ce, malgré les rues mouillées et glacées.
«Nous avons été beaucoup épargnés par la pluie! Il a recommencé à pleuvoir seulement aux alentours de 20 h, mais ça n'a pas empêché la présentation des feux d'artifice. D'ailleurs ça ne semblait pas inquiéter l'artificier», expliquait le président de l'événement Yohan Ladouceur.
Il va sans dire que les organisateurs s'attendaient à une foule réduite compte tenu des circonstances incontrôlables, mais à leur plus grande surprise, quelques centaines de personnes étaient au rendez-vous.
«Nous avons eu moins de monde que nos attentes initiales, c'est certain, mais on a eu plus de monde que ce que nous avions imaginé samedi après-midi! Nous étions inquiets. Le constat qu'on a fait, c'est que nous avons eu moins de gens de l'extérieur, les gens de Gentilly, eux, se sont déplacés. C'est compréhensible», soutient M. Ladouceur.
Ce dernier se disait toutefois satisfait du déroulement de la soirée de lancement des activités de la 45e édition du Carnaval de Gentilly. «Ç'a été une réussite malgré tout. Il faut dire que les gens ont bien répondu à la soirée à l'intérieur aussi», souligne-t-il.
Les activités se poursuivront la semaine prochaine avec Gentilly en blues et la journée plein air au Parc de la rivière Gentilly, dimanche. «Il nous faudrait une belle petite neige, cette fois-là», dit-il en riant.
Centres de ski
Il n'y a pas que le Carnaval qui a dû subir les sévices de Dame nature, les centres de ski de la région n'ont pas été épargnés. Ils ont été durement touchés par la pluie samedi. Si bien que les amateurs ont dû prendre congé puisque tous les établissements étaient fermés. Par ailleurs, ils ont pu dévaler les pentes, dimanche, avec des conditions plutôt douces pour un mois de janvier.
«Il a fallu qu'on travaille fort. Les employés sont entrés plus tôt et nous avons mis une machine supplémentaire. On a travaillé la neige davantage, ç'a pris plus de temps. On a ouvert un peu plus tard, mais on voulait avoir terminé le travail. [...] Aujourd'hui, ce ne sont pas des conditions optimales, mais c'est quand même bien. C'est beau et c'est très sécuritaire puisque c'est encore doux», a fait savoir Guy St-Arnault, directeur du centre de ski à La Tuque.
Les patinoires ont elles aussi subi un dur coup. À la ferme Éthier de Saint-Étienne-des-Grès, on va même jusqu'à dire qu'il s'agissait d'«un samedi désastreux» pour les patineurs. «La pluie s'est accumulée sur les sentiers et le froid n'est pas encore au rendez-vous ce dimanche. Rien ne se brise à condition de ne pas trop l'utiliser. Ce n'est que partie remise, car la fin de semaine prochaine s'annonce plus froide», ont fait savoir les propriétaires.
Sorties de route par dizaines
Samedi, la Sûreté du Québec a dénombré des dizaines de sorties de route dans la région, et sur tout le territoire desservi par la SQ, en raison des conditions météorologiques. Par ailleurs, il n'y a eu aucune collision avec des blessés graves en Mauricie et au Centre-du-Québec.
Rivières sous haute surveillance
Les cours d'eau de la région demeuraient sous haute surveillance encore dimanche par la Sécurité civile. En Mauricie, la situation était relativement stable, mais les municipalités continuaient de surveiller le débit des cours d'eau. «C'est au Centre-du-Québec, que ça bouge plus actuellement (dimanche)», a fait savoir le directeur régional de la Sécurité civile et incendie pour la Mauricie et le Centre-du-Québec, Sébastien Doire.
Les autorités surveillaient, entre autres, la rivière Nicolet, à deux kilomètres de Victoriaville, où un embâcle s'est formé. Une écurie a été évacuée dans ce secteur.
En début de soirée, dimanche, une hausse de la rivière Nicolet a également été remarquée à Saint-Léonard-d'Aston. Les changements étaient d'ailleurs évalués d'heure en heure par les pompiers. Trois quartiers résidentiels pourraient être menacés si l'eau continuait de monter.
«La rivière Bourbon à Plessisville est sortie de son lit, mais présentement c'est seulement des terres agricoles qui sont inondées. On commence à avoir un peu l'effet de l'eau qui est tombée, hier (samedi). On espère que ça va s'arrêter là. Dans la région, on a été quand même chanceux», a ajouté M. Doire.
À venir
Les précipitations feront leur retour rapidement, mais de façon beaucoup moins marquée en ce début de semaine.
«En soirée lundi (aujourd'hui), il y a un autre système qui va venir nous affecter, et, encore là, ça va être sous forme de pluie. On parle de possibilité d'averses pour lundi soir. Dans la nuit de lundi à mardi, il va aussi avoir une autre période de pluie, mais rien d'extraordinaire. Ce ne sera pas très intense», a conclu Yvan Dubé, météorologue à Environnement Canada.