La comédienne Johanne Fontaine, à gauche, en compagnie de France Sirois, présidente de la Fondation du lymphoedème.

Salon sur les ressources à consulter

TROIS-RIVIÈRES — La comédienne bien connue Johanne Fontaine se bat depuis 8 ans avec toute l’énergie qui la caractérise contre un cancer agressif du côlon. «J’en suis à ma quatrième récidive. J’ai eu beaucoup, beaucoup, d’opérations. J’ai beaucoup de douleur, mais je peux encore conduire ma voiture», raconte-t-elle. Mardi, elle donc est partie de Montréal pour se rendre à Trois-Rivières, afin de participer à une annonce qui, de toute évidence, l’allume beaucoup.

C’est que les 12 et 13 octobre, à la bâtisse industrielle du Parc de l’Exposition, il y aura un salon, le premier au Québec, où seront regroupés des intervenants, des associations, des organismes publics ou parapublics, entreprises et professionnels de la santé. Toutes ces ressources seront sur place afin de répondre aux questions des personnes qui, comme Johanne Fontaine, ont besoin de support et de ressources en ce moment difficile de leur vie. Il est à noter que l’accès au Salon est gratuit pour tous.

L’idée de créer ce salon, dont Mme Fontaine sera la présidente d’honneur, émerge de la Fondation du lymphoedème Mauricie / Centre-du-Québec. La présidente, France Sirois, indique que «souvent, les gens arrivent en traitement et ils ne savent pas où ils s’en vont. Ils ne connaissent pas ça. Ils ne connaissent pas les services existants, ici dans la région, pour l’après-cancer», dit-elle.

Le Salon La vie après le cancer veut donc permettre aux personnes qui ont un cancer d’être informées sur ce qui existe dans la région pour répondre aux besoins qu’elles ont quand elles se retrouvent à la fin des traitements et qu’elles sont laissées à elles-mêmes.

Mme Sirois constate qu’après leurs traitements, les personnes qui combattent le cancer doivent retourner à la vie quotidienne ou au travail. «Même la famille proche croit que c’est fini et que la personne est guérie, mais ce n’est pas comme ça que les gens vivent et c’est ça qu’on veut faire comprendre. C’est pour ça qu’on a appelé ça le Salon La vie après le cancer, explique-t-elle.

Mme Sirois invite les proches des personnes atteintes de cancer à venir aussi s’informer au salon, car il y sera question de prévention.

Johanne Fontaine avoue qu’au simple contact de Mme Sirois, elle a découvert des services qui lui étaient inconnus même si elle combat la maladie depuis huit ans. «C’est absolument terrible. Je sais, pour le vivre, que le cancer t’amène dans une vulnérabilité certaine, dans une fragilisation, dans un appauvrissement aussi et on a besoin d’aide», fait-elle valoir. «On n’est pas dans une société où l’on est habitué de demander de l’aide. Les gens sont habitués de donner, mais ils ne sont pas habitués de recevoir. Si tu veux demander des choses, mais que tu ne sais pas qu’elles existent, ça va mal», fait-elle valoir.


« C’est absolument terrible. Je sais, pour le vivre, que le cancer t’amène dans une vulnérabilité certaine, dans une fragilisation, dans un appauvrissement aussi et on a besoin d’aide »
Johanne Fontaine

Une soixantaine de stands seront aménagés au salon et une conférence sera donnée sur la toxicité des produits d’usage courant.

Notons que la Fondation Lymphoedème Mauricie / Centre-du-Québec aide les personnes atteintes d’un lymphoedème qui est un effet secondaire fréquent de la radiothérapie ou d’une intervention chirurgicale, lors de certains cancers.