De gauche à droite: Vanessa Bouchard, responsable des communications et du développement à L’Appui Mauricie, Pascal Huot, coordonnateur clinique et travailleurs sociaux au CIUSSS MCQ et Manon Demontigny, directrice générale de la Fadoq Mauricie.

Salon des aidants et des aînés: deux salons en un et plus d’exposants

Trois-Rivières — La sixième édition du Salon des aidants et des aînés présentera deux salons en un, cette année. En collaboration avec la Fadoq Mauricie, l’organisme L’Appui Mauricie ajoutera en effet à sa programmation le Salon 50 ans + et en santé.

L’événement se déroulera les 30 et 31 mai à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières. Les organisateurs ont changé de lieu, cette année, car il sera possible d’y présenter un peu plus d’exposants sur le même niveau, incluant des ateliers et des conférences. Le stationnement sera également plus accessible.

Les salons de Shawinigan et de Trois-Rivières ont été inversés, cette année. Celui de Shawinigan se déroulera en effet en novembre.

«Cette année, on voulait donner un nouveau souffle au Salon et aller chercher des aidants et des aînés plus jeunes», idée de leur faire découvrir tous les services qui leur sont offerts ou qui seront à leur disposition au moment où ils en auront besoin, explique Vanessa Bouchard, responsable des communications et du développement à L’Appui Mauricie pour les proches aidants d’aînés.

Une centaine d’exposants devraient être réunis sous un même toit, ce qui représentera, si ce nombre est atteint, un record pour le Salon, souligne Mme Bouchard.

Divers organismes et entreprises qui offrent des services en santé offriront des conseils et des informations pouvant faciliter le maintien à domicile. Grâce à l’association avec la Fadoq, s’ajouteront à cette brochette des services en loisirs et en activités sociales ou sportives.

Cinq ateliers se dérouleront tout au long du week-end. Le premier portera sur le testament et le mandat de protection, un atelier récurrent très apprécié des visiteurs. L’activité sera présentée par le Centre de justice de proximité de la Mauricie.

Le Salon présentera une nouvelle fois son atelier sur la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées en collaboration avec Carpe Diem, dont l’expertise en la matière est réputée jusqu’à l’étranger.

Le yoga sur chaise, la protection de l’identité numérique de même qu’une session de vie active sont les trois autres ateliers offerts par le Salon qui prévoit, pour la première fois, une zone bistro repos pour ses visiteurs. Il est à noter que par souci pour l’environnement, aucune bouteille d’eau ne sera vendue sur place. Toutefois, quelques points d’eau seront disponibles.

La glace du Colisée sera occupée à la moitié de sa superficie par une aire de jeux, organisée par la Fadoq. L’autre moitié sera réservée aux deux conférences présentées cette année.

La première portera sur la résilience et sera assurée par Marie-Sol St-Onge, cette artiste peintre qui a perdu ses bras et ses jambes à cause de la bactérie mangeuse de chair, il y a quelques années. Le nom de l’artiste bien connu qui donnera l’autre conférence ne sera révélé qu’en avril.

Pour plus de détails sur la programmation, on peut visiter le site web www.salondesaidants.ca ou aller sur la page Facebook du Salon.

Manon Demontigny, directrice générale de la Fadoq Mauricie, estime que le Salon est une bonne façon «de se reconnaître en tant que proche aidant. C’est une bonne façon de rejoindre des aînés plus jeunes qui ne se reconnaissent pas nécessairement comme aidants. Ils sont l’enfant de ou le conjoint de, rarement l’aidant. Peut-être que les besoins et services présentés au Salon ne répondront pas à leurs besoins dans l’immédiat, mais au moins, ils sauront qu’ils existent au moment où ils en auront besoin, car nous serons tous aidants un jour», fait-elle valoir.

Pascal Huot, du CIUSSS MCQ, invite pour sa part les professionnels du CIUSSS à venir au Salon «pour se garder informés et tisser des liens avec les organismes présents. On est bien content de participer chaque année et de garder contact avec nos partenaires», dit-il.