La saison de motoneige de 2019-2020 a connu sa part de tragédies.
La saison de motoneige de 2019-2020 a connu sa part de tragédies.

Saison de motoneige meurtrière: «il faudrait que ça arrête»

Marie-Eve Lafontaine
Marie-Eve Lafontaine
Le Nouvelliste
Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Deux accidents mortels dans la région en une semaine. Un groupe de touristes français disparus au Lac-Saint-Jean il y a un peu plus de deux semaines. Six motoneigistes qui auraient pu connaître le même sort en fin de semaine dernière dans le lac Magog en Estrie. La saison de motoneige 2019-2020 a commencé tardivement, mais est marquée par des drames qui ne cessent de se succéder.

François Massicotte, vice-président du Club de motoneige du comté de Champlain, possède sa propre motoneige depuis environ 25 ans. Il s’explique mal pourquoi autant de situations dramatiques sont survenues en aussi peu de temps.

«Je ne comprends pas ce qui se passe. Il faudrait que ça arrête. On est un peu sonné de voir ça. Et cette année, on a commencé la saison deux semaines plus tard», raconte M. Massicotte.

Mireille Ste-Marie, une citoyenne de Saint-Michel-des-Saints, a perdu la vie, mardi, à Saint-Alexis-des-Monts. La dame de 56 ans circulait sur le sentier M11 lorsqu’elle aurait perdu le contrôle de son véhicule avant de percuter un arbre. La Sûreté du Québec mène une enquête pour déterminer les circonstances du drame. L’alcool et la drogue ne sont pas en cause. La motoneige va faire l’objet d’une inspection mécanique.

Cette mort d’ajoute à celle de Mélyssa Vincent. Cette Trifluvienne de 40 ans a perdu la vie après avoir percuté un arbre, le 29 janvier. La mère de famille circulait dans un sentier balisé à Notre-Dame-du-Mont-Carmel.

Une autre collision mortelle impliquant une motoneige s’est produite, samedi dernier, sur le sentier 33, dans les environs de la ZEC Collin, au Lac-Matawin, dans la région de Lanaudière. La motoneige de Robert O’Reilly, 57 ans, de Nominingue, aurait heurté une souche ou une roche. Le quinquagénaire aurait été éjecté et est décédé.

«Pour l’accident à Mont-Carmel, ça serait peut-être la vitesse et l’inexpérience, mais on n’a pas le résultat de l’enquête. À Saint-Alexis, on parle d’une perte de contrôle. Je ne sais pas si les gens veulent prendre plus de risque. Mais il faut garder en tête la question de la vitesse. Il y a beaucoup de monde dans les sentiers», indique M. Massicotte, en soulignant que la police pourrait envisager d’accentuer sa présence sur les sentiers en soirée.

À l’approche d’une bonne bordée de neige, les sentiers seront encore plus invitants pour les motoneigistes. Afin que la saison se poursuive sans malheur, les conseils de sécurité de base ont toujours leur place, selon M. Massicotte.

«Diminuer la vitesse, ne pas consommer d’alcool durant les randonnées, ne pas s’aventurer hors des sentiers balisés, garder une bonne distance entre chaque motoneige et ne pas s’aventurer seul en motoneige, c’est ce qu’on recommande.»