Les syndiqués se sont présentés à la séance du conseil municipal de Sainte-Thècle lundi dans l’espoir d’accélérer le processus de négociations pour le renouvellement de leur contrat de travail.
Les syndiqués se sont présentés à la séance du conseil municipal de Sainte-Thècle lundi dans l’espoir d’accélérer le processus de négociations pour le renouvellement de leur contrat de travail.

Sainte-Thècle s'entend avec ses employés

Marie-Josée Montminy
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste
Les sept employés syndiqués de la Municipalité de Sainte-Thècle ont accepté à 86 % l’entente négociée en vue du renouvellement de leur convention collective.

«Il était minuit moins une», indique Stéphane Lemaire, le conseiller syndical FEESP-CSN qui a accompagné les employés lors des négociations sur lesquelles planait une menace de grève.

La convention collective était échue depuis le fin de 2015. L’enjeu majeur au cœur des négociations entourant le renouvellement du contrat concernait les horaires de travail, notamment en ce qui a trait au fractionnement des heures et au minimum d’heures garanties.

Un mandat de grève générale illimité (à être déclenchée au moment opportun) avait été voté le 25 septembre.

Les employés concernés se sont présentés à la séance du conseil municipal ce lundi 2 octobre, et ont obtenu du maire la tenue d’une autre rencontre de discussions dès le lendemain, soit mardi.

Au terme de cette journée, le Syndicat des employé-es municipaux de la Mauricie – section Sainte-Thècle a adopté à 86 % l’entente de principe conclue avec la partie patronale. 

D’une durée de six ans, le nouveau contrat prévoit des augmentations salariales de 2 % pour les cinq premières années de la convention et de 3 % pour la dernière. 

L’horaire hivernal sera désormais fixé à neuf semaines de travail de 32 heures chacune. Les salariés ont également obtenu une augmentation de 0,5 % de la participation de l’employeur à leur régime de retraite, qui atteint désormais 6 % de leurs gains bruts. Les parties ont par ailleurs convenu de maintenir un salarié permanent à l’emploi tout au long de l’année afin de répondre aux besoins de la population.

«Dans le cadre d’une négociation difficile, les travailleurs de Sainte-Thècle ont tenu leur bout. Il leur aura fallu une présence marquée au dernier conseil municipal pour que le dernier point en litige, celui des horaires de travail, soit finalement réglé au cours de la journée de mardi. Ayant personnellement participé aux échanges, je ne peux que me réjouir de cette entente qui satisfait les parties», a commenté Paul Lavergne, président du Conseil central du Cœur du Québec (CCCQ–CSN).

Le maire de la Municipalité, Alain Vallée, se réjouissait aussi de l’issue des discussions.

«La conclusion de la convention collective s’inscrit dans la foulée de modifications visant à éclaircir certaines zones grises de la convention.  L’entente intervenue garantit à la population des services municipaux plus optimaux et efficaces, ce dans une perspective de saine gestion des fonds publics», a-t-il fait savoir par voie de communiqué.