Élizabeth D. Beaumier, la responsable du marketing et du développement stratégique au Groupe Beaumier, devant la résidence Le Béli.

Saint-Tite: un projet qui suscite l'intérêt

Le visage du centre-ville de Saint-Tite se transforme. Malgré l'hiver, la construction de la résidence Le Béli avance à un très bon rythme et le bâtiment doit être livré en juillet prochain comme prévu. Les promoteurs se disent de plus très satisfaits du rythme de la location, si bien qu'ils envisagent déjà la construction d'une deuxième phase.
Le Béli suscite beaucoup d'intérêt dans la région, selon le Groupe Beaumier, le promoteur du projet de 12,7 millions $. Sur les 86 appartements disponibles, une quarantaine ont déjà trouvé preneurs. «Nous sommes satisfaits, ça dépasse les standards. On s'attendait à l'origine à ce qu'une trentaine de personnes ou couples réservent à cette date. On a maintenant dépassé la trentaine, alors ça va bon train. C'est excellent», souligne en entrevue Élizabeth D. Beaumier, responsable du marketing et du développement stratégique au Groupe Beaumier. 
Même si la construction de la résidence Le Béli avance bien, plusieurs locataires potentiels attendent de voir le produit fini avant de signer des baux. Élizabeth D. Beaumier note donc qu'il reste encore une cinquantaine d'appartements sur le marché. «Nous avons encore un bon choix. Et les centres de soins, nous en avons 19, seront pour des personnes avec des problèmes physiques», précise Mme Beaumier. «De plus, les trois et demi sont les appartements les plus populaires. Il y a beaucoup de personnes seules qui ne veulent plus entretenir de grosses maisons.»
Enthousiasmé par ce projet, le maire de Saint-Tite avoue que la location d'un appartement dans la résidence est un choix difficile pour bien des personnes âgées. «C'est toute une décision pour les aînés. Ils quittent leur maison pour partir dans une résidence avec plusieurs personnes. Ce n'est pas rien», estime André Léveillé. «Les gens vont beaucoup visiter la résidence Le Havre du Faubourg à Nicolet qui appartient au même propriétaire pour voir comment c'est. Et ils reviennent enchantés de leur visite. Ils disent que c'est comme un hôtel.»
La construction de la résidence Le Béli avance très bien. Les promoteurs affirment que les appartements seront livrés en juillet.
Au rythme où la construction avance, les promoteurs de la résidence sont sûrs de livrer le bâtiment pour le mois de juillet. Seule la section des soins sera livrée deux mois plus tard. Une cinquantaine de travailleurs sont sur le chantier chaque jour, ce qui permet d'avancer rapidement. La structure extérieure du bâtiment est complétée et les travailleurs s'affairent à aménager l'intérieur. «Nous sommes rendus aux divisions et les équipes de plomberie sont sur place», affirme Mme Beaumier en notant que le revêtement extérieur du bâtiment doit être installé après la fonte des neiges.  
Une deuxième phase
Le Groupe Beaumier n'attend pas l'inauguration de la résidence pour déjà planifier la construction d'une deuxième phase. Bien que ce nouveau projet soit dans les plans, aucun échéancier n'est établi. «Nous avons toujours dit que nous n'aurions pas fait le projet sans la perspective de construire une phase deux. Cette deuxième phase est essentielle au projet», avoue la responsable du marketing et du développement stratégique au Groupe Beaumier. «La vitesse des réservations et des signatures des baux, nous pouvons comparer avec la résidence de Nicolet, nous démontre que nous allons pouvoir faire une phase deux assez rapidement. C'est sûr.»
Les investissements de la deuxième phase seront moins importants que ceux nécessaires au démarrage du projet. Les espaces communs étant déjà compris dans la première phase, la poursuite du projet devra s'élever à près de sept millions $. Il s'agit là encore d'investissements privés considérables pour l'entreprise de la région. Le développement prévu de la deuxième phase a bien sûr joué dans la balance lors du choix du terrain. Les promoteurs souhaitaient avoir un site suffisamment grand pour pouvoir agrandir la résidence.
André Léveillé avoue que la perspective de construire une deuxième phase est très intéressante pour la municipalité. «Cela va amener de nouveaux citoyens à Saint-Tite. Les résidents vont provenir de l'ensemble de la région de Mékinac. Ce projet permettra de garder nos aînés ici plutôt que de les voir quitter pour les grands centres», note le maire de Saint-Tite qui ajoute qu'après le congé de taxes de trois ans, la résidence pourra entraîner des revenus intéressants en taxation pour la municipalité. Le maire de Saint-Tite a par ailleurs participé la semaine dernière à une visite du chantier de la résidence pour personnes âgées. Il soutient être impressionné par la construction et l'état d'avancement des travaux.  
Une cinquantaine d'employés
Si tous les appartements de la première phase de construction sont occupés, les promoteurs s'attendent à accueillir près de 140 résidents. Ce nombre nécessitera l'embauche d'une cinquantaine de travailleurs, évaluent les promoteurs. Déjà, quelques personnes ont été embauchées et devront commencer leur travail dans les prochains mois. 
«Nous avons embauché du personnel de direction, mais aussi des travailleurs de la cuisine. Nous avions de bons candidats, alors nous avons devancé quelque peu l'embauche de certaines personnes», souligne Mme Beaumier qui invite les travailleurs intéressés à déposer leur candidature via le site Internet de la résidence Le Béli. 
«Pour le reste des employés, nous allons procéder à l'embauche en avril.»
Le maire de Saint-Tite estime que le marché immobilier est en plein essor dans sa municipalité, alors que la construction de la résidence pour personnes âgées Le Béli avance à grands pas.
Un marché immobilier en plein essor?
Le maire de Saint-Tite a noté une certaine augmentation du nombre de maisons à vendre dans sa municipalité. Il estime que cela est notamment dû à la construction de la résidence Le Béli.
La Chambre immobilière de la Mauricie n'est toutefois pas prête à affirmer que la trentaine de maisons actuellement en vente le sont en raison de la construction de la résidence pour personnes âgées. La directrice générale de l'organisme, Lise Girardeau, indique qu'en 2015 et 2016, il y a eu respectivement 52 et 56 inscriptions de propriétés à vendre. 
Chaque année, 18 ventes ont été enregistrées. Actuellement, on dénombre 35 inscriptions, mais plusieurs de celles-ci ont été faites en 2016. 
«À la lumière des statistiques, on ne peut pas faire le constat que la construction de la résidence entraîne une augmentation des maisons sur le marché. Nous constatons plutôt ce phénomène sur une plus longue période de temps», note-t-elle. 
N'empêche que l'administration municipale de Saint-Tite prépare un plan d'action pour favoriser l'achat de maisons, principalement pour les premiers acheteurs. «Nous voulons attirer plus de jeunes familles sur notre territoire. Nous ne savons pas comment l'aide se traduira, mais nous avons l'intention d'en proposer aux acheteurs», souligne le maire de Saint-Tite.