Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La députée de Champlain Sonia LeBel et la mairesse de Saint-Tite, Annie Pronovost.
La députée de Champlain Sonia LeBel et la mairesse de Saint-Tite, Annie Pronovost.

Saint-Tite: un million $ pour refaire le rang Sud

Marc-André Pelletier
Marc-André Pelletier
Initiative de journalisme local - Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
La Ville de Saint-Tite profite d’une aide financière d’un peu plus d’un million de dollars du gouvernement provincial pour effectuer la reconstruction du rang Sud. L’argent, 1 057 066 $ provient du Programme d’aide à la voirie locale du ministère des Transports.

«C’est un chantier qui était très attendu par les citoyens de ce secteur, d’autant plus que ça assurera une meilleure sécurité pour le passage des véhicules lourds qui se rendent au parc industriel et qui empruntent ce rang. On sait que l’entretien des routes est un enjeu important en région et j’estime que cette enveloppe de plus d’un million de dollars, en plus d’améliorer le réseau routier local, contribuera positivement à la qualité de vie des gens de Mékinac», indique Sonia Lebel, députée de Champlain.

«Votre gouvernement demeure à l’écoute des besoins des régions et des municipalités afin que tous puissent bénéficier d’infrastructures sécuritaires et plus efficaces. Nous continuerons cette étroite collaboration avec les municipalités qui aura des retombées positives pour l’ensemble des communautés. D’autant plus que ces investissements importants contribueront également à la relance de l’économie locale et régionale», a souligné pour sa part François Bonnardel, ministre des Transports.

Tel qu’annoncé en février 2021, ce programme du MTQ a été entièrement revu et des volets additionnels sont maintenant disponibles afin de répondre à de nouveaux besoins.

Dans certains cas, ces changements ont entraîné la mise en place de meilleures pratiques de gestion, telles que des appels de projets et l’application de critères de sélection.

De plus, les modalités ont été uniformisées, les exigences administratives ont été simplifiées et un meilleur soutien est dorénavant offert aux organismes admissibles, notamment aux municipalités moins bien nanties.