Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Ville de Saint-Tite est à un obstacle seulement d’aller de l’avant avec son projet d’eau potable, attendu depuis 20 ans.
La Ville de Saint-Tite est à un obstacle seulement d’aller de l’avant avec son projet d’eau potable, attendu depuis 20 ans.

Saint-Tite : dernier obstacle avant le projet d’eau potable

Marc-André Pelletier
Marc-André Pelletier
Initiative de journalisme local - Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Le projet d’eau potable à Saint-Tite pourrait bien prendre son envol à l’automne. Le projet, attendu depuis plus de deux décennies dans la municipalité, devait à l’origine démarrer au printemps. Pour l’instant, il ne manquerait que la certification de la direction des barrages à la Ville pour pouvoir aller de l’avant.

La mairesse Annie Provonost calcule que les appels d’offres débuteront dans environ trois mois, alors que la firme d’ingénieurs Stantek sera chargée de lancer le processus.

Il est encore trop tôt cependant pour déterminer quels seraient les horizons financiers du projet fort attendu. «On n’a pas encore d’échelle en ce sens», confirme Mme Pronovost.

Même si tous les certificats d’autorisations n’ont pas été obtenus par la municipalité jusqu’à présent, le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation a consenti à laisser Saint-Tite prendre de l’avance et lui consentir à aller de l’avant.

Rappelons que le projet serait subventionné à 70 % par le gouvernement.

Les municipalités d’Hérouxville et de Saint-Séverin doivent normalement être aussi desservies par le nouveau service.

Par ailleurs, le rapport déposé par la comptable mandatée par la Ville, Joëlle Désaulniers, a permis d’apprendre que Saint-Tite a dégagé des revenus de 6 443 000 $ pour l’exercice financier 2020, en baisse – sans surprise – par rapport à 2019 où 8 900 000 $ avaient alors été dégagés.

La dette nette de la Ville au 31 décembre 2020 s’élève également à 5 115 000 $, comparativement à 5 564 000 $ pour 2019.

Enfin, la mairesse s’est réjouie de communiquer la reprise des séances du conseil municipal en formule présentielle le mois prochain. Toutefois, au lieu de se dérouler dans les bureaux de l’Hôtel de Ville, la séance se tiendra à la Salle Armand-Marchand par souci d’espace et de distanciation.