Véronique Latte vient d’annoncer sa démission au conseil municipal de Saint-Mathieu-du-Parc.

Saint-Mathieu-du-Parc: une conseillère démissionne

SAINT-MATHIEU-DU-PARC — Huit mois après la dernière élection générale, les citoyens de Saint-Mathieu-du-Parc doivent trouver un nouveau conseiller au siège 3. Véronique Latte, une mère de 36 ans qui avait été élue pour la première fois en novembre, vient de remettre sa démission, visiblement inconfortable avec la culture de la politique municipale.

Très enthousiaste lorsqu’elle parle du potentiel attractif de Saint-Mathieu-du-Parc, la jeune femme laisse entendre que des «valeurs différentes» et un manque de «vision commune» l’ont incitée à prendre cette surprenante décision, si tôt dans un mandat de quatre ans.

En entrevue, Mme Latte assure n’entretenir aucune amertume de sa courte expérience. Elle ne cible aucun événement particulier qui puisse avoir déclenché cette réflexion, mais reconnaît un certain inconfort.

«Dans une équipe, il faut réussir à trouver une vision collective, un sens commun et je ne me suis peut-être pas retrouvée là-dedans», explique-t-elle. «Il y a beaucoup de projets en cours, de belles améliorations dans la municipalité. J’avais certains objectifs, des choses à mettre en place. Je vais poursuivre dans cette direction, mais d’une autre façon qu’au sein d’un conseil municipal pour avancer à un rythme qui me convient.»

En fait, Mme Latte a été impressionnée par le nombre de dossiers à traiter à la Municipalité. «Le gros défi, c’est que c’est difficile d’établir des priorités, un objectif central. Il y avait beaucoup de nouveaux élus au conseil, qui apportent leur couleur et leurs idées. Tout est important et moi, je m’y retrouvais moins là-dedans.»

«Pour moi, c’était difficile de travailler dans un contexte comme celui-là, d’avoir l’impression qu’on n’a pas clairement défini l’orientation pour le mandat de quatre ans», ajoute-t-elle.

La mairesse de Saint-Mathieu-du-Parc, Josée Magny, aurait aimé que la nouvelle conseillère se donne plus de temps.

«Mme Latte ne m’avait pas fait part de ses préoccupations. Je lui ai téléphoné, j’ai eu de bonnes discussions avec elle. J’ai bien essayé de la retenir, car c’est une femme très positive, très efficace. Je l’apprécie beaucoup. Mais quand il y a des divergences d’opinions chez les élus, c’est que les valeurs ne sont pas les mêmes. C’est normal que ce soit comme ça; je ne pouvais pas promettre à Mme Latte que tous les conseillers auraient les mêmes valeurs d’ici un an, c’est impossible!»

La lettre de démission est datée du 29 juin. Le dépôt de l’avis a été effectué en séance publique le 3 juillet. La présidente d’élection, Valérie Bergeron, devra fixer la date du scrutin d’ici le début août. L’organisation de cette élection partielle coûtera environ 15 000 $ à la Municipalité.

En novembre, Mme Latte avait facilement coiffé Alain Dorval et Laurier Gélinas au siège 3.

Malgré ce geste d’éclat, le jeune femme continuera à s’investir dans son village. «J’ai très à cœur le développement de Saint-Mathieu-du-Parc. C’est une municipalité qui a énormément de potentiel et il faut le mettre en valeur», suggère celle qui y habite depuis bientôt deux ans.