Plus de 60 personnes ont assisté lundi à la séance du conseil de Saint-Élie présidée par le maire, Robert Gauthier.

Saint-Élie: un deuxième conseiller démissionne

SAINT-ÉLIE-DE-CAXTON — Les démissions s’accumulent à Saint-Élie-de-Caxton. Après avoir confirmé le départ du contremaître des travaux publics et de la technicienne en loisirs, culture et tourisme, le conseil de Saint-Élie doit fonctionner avec un élu en moins avec la démission du conseiller Jacques Defoy et doit composer avec un dossier de plaintes pour harcèlement psychologique à l’interne.

M. Defoy a remis sa démission le 8 janvier. Il a été élu en novembre 2017, lui qui portait les couleurs de l’équipe Action Saint-Élie. Il devient le deuxième conseiller à remettre sa démission en moins de deux mois, François Beaudry ayant quitté son poste en novembre 2018.

Joint au téléphone lundi, M. Defoy a refusé de commenter sa décision. Sa lettre de démission a été lue lundi soir à la séance du conseil par le maire, Robert Gauthier. Dans sa lettre, M. Defoy affirme notamment avoir une vision du travail de conseiller qui ne coïncide pas avec celle du maire et des autres membres du conseil. Il souligne accorder de l’importance à la démocratie et ajoute que le conseil doit écouter ses citoyens et leur témoigner du respect.

Tous ces départs ont été entérinés lors d’une séance du conseil somme toute tranquille. Si le maire Gauthier n’a pas donné de détails concernant le départ des ex-employés Mario Samson et Émilie Dallaire, il indique ne pas voir cet autre départ comme un signe de malaise au sein du conseil.

«Je respecte les propos de M. Defoy, mais je ne partage pas son opinion. Je trouve ça dommage qu’il parte. On avait de bonnes discussions. C’est bon d’avoir de la diversité d’opinions et après, on se rallie dans une vision commune», raconte M. Gauthier, qui invite les gens ayant manifesté leur mécontentement au cours des dernières semaines à profiter de l’occasion et à se présenter à la prochaine élection partielle qui servira à pourvoir les deux postes de conseiller.

Ces trois démissions s’ajoutent au départ de deux autres employés au cours des derniers mois. La Municipalité a dû jongler avec des employés en arrêt de travail. À cela vient s’ajouter un dossier de harcèlement psychologique.

La Municipalité doit faire face à des plaintes déposées par des employés à l’encontre de membres du personnel. Il n’a pas été précisé si le personnel visé par cette plainte fait partie des employés-cadres de Saint-Élie.

«La Municipalité a reçu des plaintes de la part d’employés à l’encontre d’autres employés. On a des plaintes à l’intérieur. Comme employeur, on a la responsabilité de fournir un climat de travail sain», raconte le maire Gauthier.

Saint-Élie sera accompagnée du cabinet d’avocats Bélanger Sauvé dans ce dossier.

D’autre part, Robert Gauthier a mentionné durant la séance que deux employés municipaux auraient été l’objet de harcèlement de la part d’un citoyen durant leurs heures de travail. Le maire affirme que les employés ont porté plainte à la police et que la Municipalité les appuie dans leur démarche.

Interpellé par un citoyen sur le fait d’avoir mené une Féerie de Noël en faisant abstraction du phénomène Fred Pellerin et questionné à savoir si le conseil bouge pour corriger le tir, le maire Gauthier a mentionné que des démarches sont amorcées, sans aller plus loin.