Robert Gauthier, maire de Saint-Élie-de-Caxton.
Robert Gauthier, maire de Saint-Élie-de-Caxton.

Saint-Élie-de-Caxton: une saison touristique dès la mi-juillet

Amélie Houle
Amélie Houle
Le Nouvelliste
SAINT-ÉLIE-DE-CAXTON — Alors que la tenue d’une saison touristique semblait encore incertaine pour la municipalité de Saint-Élie-de-Caxton il y a quelques jours à peine, c’est maintenant officiel, elle aura bel et bien lieu, et ce, dès la mi-juillet.

«On vient tout juste d’avoir les autorisations du ministère des Affaires municipales et de la Santé publique, donc on est en train actuellement de finaliser les derniers détails pour la saison touristique 2020. On devrait être prêts à la mi-juillet, juste à temps pour le début des vacances de la construction», explique le maire Robert Gauthier.

Ainsi, le sentier botanique sera de retour pour la saison estivale avec quelques nouveautés en poche. De plus, afin de pallier la disparition des contes de Fred Pellerin, un nouveau parcours historique sera dorénavant offert aux visiteurs.

«En nouveauté cette année, on va offrir un parcours historique qui va relater une partie de l’histoire de Saint-Élie. On est en train de finaliser en ce moment les arrangements pour pouvoir l’offrir de deux façons aux visiteurs, soit à pied avec un audioguide ou encore avec la version en carriole. Ce qu’on veut évidemment, c’est d’offrir un produit qui soit à la fois intéressant pour les visiteurs, mais qui correspond aussi aux normes de la Santé publique.»

D’ailleurs, aucune discrimination concernant la provenance des visiteurs ne sera faite, rassure le maire. «Les gens sont tous bienvenus à Saint-Élie cet été. On est un village ouvert et on aime que les gens viennent nous voir. Mais c’est certain qu’on va tenir beaucoup à ce que les normes établies par la Santé publique soient appliquées à la lettre dans nos activités, que ce soit le port du masque ou la distanciation par exemple.»

Un double défi

À en croire le maire Robert Gauthier, le défi sera toutefois double pour Saint-Élie-de-Caxton cet été concernant la saison touristique.

«Pour nous, il y a deux phénomènes nouveaux cette année. Évidemment, avec la pandémie et tous les impacts, on doit s’ajuster et on est en retard dans nos plans. Mais il faut aussi comprendre qu’on devait faire un changement en profondeur quant au contenu cet été. On propose donc un nouveau produit cette année dans un contexte incertain, puisqu’on ne sait pas encore si les touristes vont profiter de leur été au Québec pour venir nous visiter. On s’attend à avoir du monde, mais c’est très difficile à l’heure actuelle de quantifier et de se fixer des objectifs.»

Mais en raison de la saison écourtée et d’une très probable baisse d’achalandage en lien avec le contexte actuel, est-il encore possible de restreindre au maximum les pertes? À cette question, M. Gauthier demeure assez optimiste en raison du travail déjà amorcé.

«On a essayé de diminuer nos dépenses au maximum cette année pour y arriver, parce qu’on sait que nos prévisions en terme de revenus vont être moindres, ça c’est sûr. Mais on a toujours l’objectif que ces activités-là soient à coût nul pour nous et que les gains reviennent dans l’ensemble de la communauté. C’est notre but», conclut-il.