Paul Lavergne

Saint-Élie-de-Caxton: le syndicat revient à la charge

Saint-Élie-de-Caxton — Le syndicat représentant les employés de Saint-Élie-de-Caxton revient à la charge concernant le climat de travail difficile. La CSN demande de nouveau au maire Robert Gauthier d’intervenir afin d’améliorer l’ambiance au bureau municipal et se prépare à l’interpeller sur cette question lors de la séance du conseil de lundi.

La quinzaine de syndiqués de la Municipalité étaient réunis en assemblée générale, le 11 avril. Le syndicat avait alors réclamé de la Municipalité qu’elle prenne des mesures pour corriger le tout en embauchant une firme externe ou en participant à une rencontre de médiation. Selon la CSN, des griefs ont été déposés par le syndicat contre des cadres de Saint-Élie.

Un médiateur du ministre des Affaires municipales et de l’Habitation aurait rencontré Robert Gauthier après l’assemblée générale, soutient la CSN. Mais selon Paul Lavergne, c’est l’immobilisme le plus total. Rien n’a progressé en trois semaines.

«On sait qu’il y a eu une rencontre. Mais le maire ne nous rappelle pas. On n’a pas de suivi de cette rencontre, rien! On n’a pas le choix de s’acharner, car rien ne bouge», commente le président du conseil central du Coeur du Québec de la CSN.

D’après le président, les syndiqués ne croient plus que le maire Gauthier va faire ce qu’il faut pour régler ce problème. À vrai dire, les syndiqués doutent de sa volonté, selon lui.

«Le maire ne s’assoit pas avec nous. Il dit qu’il va regarder ça prochainement, mais il ne donne pas de suite. On lui a écrit cet automne. On lui a écrit cet hiver. La prochaine étape est de cogner à sa porte et d’aller le voir directement. S’il nous répond dans la journée de lundi et qu’on se donne rendez-vous pour travailler, c’est une chose. S’il ne répond pas, on va être présent à l’assemblée publique pour lui demander qu’est-ce qu’on fait. Nous, on propose d’analyser les difficultés, de trouver des solutions en partenariat.»

Au début du mois de décembre, la direction de Saint-Élie et celle du syndical local avaient tenu une rencontre. Les deux parties en étaient sorties avec une impression positive. Si on se fie aux propos du syndicat, cet optimisme n’a pas tenu la route bien longtemps.

«Les gens sont laissés dans le noir. Il y a beaucoup de décisions prises par la direction, mais pas en partenariat. Des gens se sentent bousculés. Il y a une instabilité qui est reliée à une gestion opaque. Les gens constatent des changements, mais ils n’ont jamais fait partie des discussions. Le maire accuse le syndicat de salir la réputation de Saint-Élie. Mais le syndicat, ce sont les travailleurs», ajoute M. Lavergne, en soulignant au passage que même si le maire affirme que ni lui ni le directeur général ne sont la cible de griefs, il y a d’autres cadres à la Municipalité.

Dans sa sortie publique en réaction aux commentaires de Paul Lavergne, en décembre, le conseil déplorait «l’acharnement du représentant extérieur de la CSN à démolir la réputation de la Municipalité». Selon la CSN, cette déclaration témoigne de la piètre qualité du climat qui règne au bureau municipal.

Le Nouvelliste n’a pu entrer en contact avec Robert Gauthier.