C’était l’inauguration du parc Roland-Lafrenière, mercredi, à Saint-Boniface. Le maire Pierre Désaulniers, à l’avant, était accompagné de Roland Lafrenière et son épouse Colette. Les trois enfants du couple, Pascal, Chantal et Marc ont aussi assisté à la cérémonie.
C’était l’inauguration du parc Roland-Lafrenière, mercredi, à Saint-Boniface. Le maire Pierre Désaulniers, à l’avant, était accompagné de Roland Lafrenière et son épouse Colette. Les trois enfants du couple, Pascal, Chantal et Marc ont aussi assisté à la cérémonie.

Saint-Boniface: un parc nommé en l’honneur de Roland Lafrenière

Mathieu Lamothe
Mathieu Lamothe
Le Nouvelliste
SAINT-BONIFACE — Grandement impliqué dans la vie de la localité de Saint-Boniface depuis une cinquantaine d’années, Roland Lafrenière a été récompensé pour son travail à titre de bénévole alors que la Municipalité a nommé un parc en son honneur.

En présence du principal intéressé et de plusieurs proches et amis, le parc situé à côté de l’aréna de la localité a en effet été baptisé le parc Roland-Lafrenière lors d’une cérémonie qui s’est déroulée en début de soirée mercredi.

«Je suis vraiment honoré de cette attention. Il y en a d’autres qui auraient pu être choisis, mais je ne donne pas ma place», lance-t-il à la blague.

Au cours des années, Roland Lafrenière s’est entre autres impliqué au sein du service des loisirs de Saint-Boniface. Il a également œuvré dans l’organisation du Carnaval de la glissade, des tournois de ballon-balai, dans le comité d’urbanisme, à titre de marguillier de la paroisse, sans oublier la Fête nationale et les activités entourant le 125e et le 150e anniversaire de Saint-Boniface.

Plus récemment, il a été un acteur important dans la mise sur pied de la coopérative de santé de Saint-Boniface.

Ayant été victime d’une dizaine d’accidents vasculaires cérébraux au cours des quinze dernières années, l’octogénaire s’est toujours relevé et a poursuivi son implication dans la communauté. Selon son gendre, le bien connu Claude Villemure, M. Lafrenière possède une force de caractère hors du commun.

«Roland, c’est une force de la nature», lance sans hésiter M. Villemure.

«La maladie était là, mais je me suis toujours relevé et continué, même si j’en fais moins qu’avant», poursuit M. Lafrenière.

Se considérant comme ami de longue date de M. Lafrenière, l’actuel maire de Saint-Boniface, Pierre Désaulniers, soutient que cet honneur est grandement mérité.

«Je trouve ça important [de lui rendre hommage]. Il est un bénévole de la vieille garde. Il a entre autres travaillé pour la jeunesse. […] Quand il y avait des gens qui passaient au feu, il avait mis sur pied un comité pour amasser des fonds pour les aider», raconte celui qui a œuvré à ses côtés à plusieurs reprises.

Influence paternelle

Sans le soutien de sa conjointe Colette et de ses enfants, Chantal, Marc et Pascal, M. Lafrenière ne croit pas qu’il aurait été en mesure de s’investir autant au cours de sa vie. L’implication et l’entraide sont des missions familiales chez les Lafrenière. Alors que ses fils et sa fille étaient encore des enfants, il n’était pas rare de les voir débarquer sur le site d’un événement afin de porter main forte à leur père. M. Lafrenière se dit d’ailleurs très fier de voir que les heures qu’ils ont passées à faire du bénévolat avec lui ont eu un impact positif sur leur développement et le chemin qu’ils ont emprunté par la suite.

«Mon fils Pascal [l’actuel directeur général du Festival western de St-Tite] dit notamment que s’il occupe un tel emploi, c’est grâce à moi», souligne-t-il fièrement.