Simon Allaire
Simon Allaire

Saint-Barnabé: «Un positionnement politique»

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
LOUISEVILLE — «Je ne peux rien faire avec le document, car il n’a pas de valeur légale. On voit dans ce dossier un positionnement politique. Ça confirme une discorde que je souhaite que ce soit dissipé.»

Appelé à réagir à la résolution de non-confiance adoptée par le conseil de Saint-Barnabé à l’égard du maire Michel Lemay, Simon Allaire mentionne qu’il ne peut intervenir directement dans cette affaire en tant que député de Maskinongé. Il s’assure que le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation apporte son soutien à la Municipalité. Mais une telle résolution ne peut conduire à la destitution d’un maire.

«On ne peut pas faire ça comme ça, il y a des raisons pour qu’un maire soit destitué. Il faut respecter le cadre légal et ce n’est pas de ça qu’il est question dans la résolution même si c’est un vote de non-confiance. Il y a eu certaines lacunes dans le dossier du déneigement (le contrat octroyé en octobre à la ferme Fréchette de Yamachiche), mais il n’y a pas de lacune concernant la gestion municipale. Le maire va continuer d’exercer son rôle en autant qu’il retourne siéger. Je souhaite que les élus travaillent avec le maire. Il y a du mécontentement chez des conseillers. Ils doivent réapprendre à travailler ensemble. Il faut qu’il y ait une amélioration de la communication entre les conseillers et le maire. On ne peut pas continuer comme ça», raconte M. Allaire qui se dit «préoccupé» par la situation vécue à Saint-Barnabé.

M. Allaire rappelle que la résolution a été adoptée à la majorité. Le député de Maskinongé soutient d’ailleurs que la position du conseiller Michel Bournival peut se défendre. M. Bournival estime que le conseil devrait laisser travailler les autorités compétentes et connaître leurs conclusions sur l’évaluation du comportement du maire.

«Il n’a pas tort. La démarche légale, il faut la suivre. Si des conseillers se sentent lésés, il existe une procédure et il faut faire appel à la Commission municipale du Québec.»

Le député de Maskinongé voit bien que le climat de confiance a disparu au sein du conseil de Saint-Barnabé. Il invite les élus à jouer leur rôle.

«Ils sont là pour servir les citoyens.»