Le bureau municipal de Saint-Alexis-des-Monts.
Le bureau municipal de Saint-Alexis-des-Monts.

Saint-Alexis: la restructuration municipale dénoncée par l'ancien maire Landry

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
SAINT-ALEXIS-DES-MONTS — L’annonce par la Municipalité de Saint-Alexis-des-Monts de la transformation du poste occupée par Thérèse Elliott St-Onge pousse Roger Landry à s’inviter dans le débat.

L’ancien maire de la localité a envoyé une lettre à ses concitoyens au cours des derniers jours pour dénoncer la décision du conseil d’abolir le poste à temps plein de secrétaire-trésorière adjointe et de le remplacer par un poste de deux jours par semaine d’adjointe administrative au secrétaire-trésorier.

Mme St-Onge travaille à la Municipalité depuis plus de 30 ans. Elle a été engagée par M. Landry après avoir œuvré au bureau municipal bénévolement durant une quinzaine de semaines, se souvient l’ancien maire.

«C’est une injustice qu’ils viennent de faire. Mme St-Onge est une perle. Je ne sais trop pourquoi ils ont fait ça. Pour moi, elle devait faire ombrage à des membres du conseil ou à des employés. C’est inhumain. Elle a 77 ans et a été sortie de son travail par résolution. Ils ont aboli son poste sans parler à personne. Il faut que les gens sachent qu’il y a eu un coup de cochon», déclare M. Landry, en précisant avoir reçu l’aide de Chantal St-Onge Clément dans la rédaction de la lettre.

Le conseil de Saint-Alexis justifie sa décision sur la situation d’instabilité et d’incertitude découlant de la pandémie de la COVID. La Municipalité a revu l’efficience de son organisation concernant ses besoins. Elle a aussi considéré la présence de méthodes de travail plus efficiente avant d’en arriver à une telle décision, comme l’explique le libellé d’une résolution à cet effet adoptée en août.

Roger Landry considère tout de même que la décision du conseil est une véritable maladresse.

Michel Bourassa, maire de Saint-Alexis.

«J’aimerais qu’on revienne sur la décision. C’est le but visé. Je voudrais que le conseil réhabilite Thérèse à son poste jusqu’à au moins ses 80 ans», propose celui qui avance que le responsable de l’abolition du poste est le maire.

Michel Bourassa reconnaît volontiers à Roger Landry le droit d’exprimer son opinion sur la place publique. Le maire de Saint-Alexis explique toutefois que la Municipalité agit ainsi afin de gérer de manière responsable durant la pandémie qui a changé beaucoup de façons de faire dans de nombreuses sphères d’activités.

«On est ouvert trois jours par semaine, on est dans l’inconnu. On offre deux jours par semaine. On n’a pas besoin de deux secrétaires-réceptionnistes. Mais la dame (Mme St-Onge) crie ça partout. «C’est le scandale!» Mais on lui a envoyé des appels. Sylvie (Clément, la directrice générale de la Municipalité) l’a invitée et elle ne veut rien savoir. Qu’elle vienne nous rencontrer. Mais c’est du braquage et de l’orgueil. Je suis un peu surpris de sa réaction. C’est plate à gérer», constate le maire, surpris par l’intérêt médiatique concernant ce dossier.

M. Bourassa réfute les allégations selon lesquelles la Municipalité modifie le poste de Mme St-Onge en raison de son âge.

«On restructure son poste. La décision est basée sur les besoins en ressources humaines. On diminue ses heures, mais on ne la met pas dehors.»

Le maire de Saint-Alexis fait peu de cas des discussions alimentant ce sujet repérées sur les réseaux sociaux.

«Je travaille avec la réalité», confie celui qui sera de nouveau candidat à la mairie de Saint-Alexis en 2021.

Thérèse Elliott St-Onge refuse de commenter son dossier dans les médias.