Les conseillers municipaux de Trois-Rivières comptent bien tirer des leçons de l’épisode Rallycross hivernal.
Les conseillers municipaux de Trois-Rivières comptent bien tirer des leçons de l’épisode Rallycross hivernal.

Saga du Rallycross hivernal: «il n’y a pas de gagnant là-dedans»

Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Le conseil municipal de Trois-Rivières compte bien tirer des leçons de l’épisode du Rallycross hivernal, qui a grandement divisé l’hôtel de ville il y a deux semaines, avant de tout simplement de tomber à l’eau quelques jours plus tard. Les conseillers municipaux, qui ont eu l’occasion de faire un bilan sur ces événements mardi après-midi, entendent bien ne plus se lancer dans ce genre de débats sans avoir, à l’avenir, la conviction que l’activité pour laquelle un débat doit être tenu aura bel et bien lieu.

«À l’avenir, quand on va devoir octroyer une subvention, on va vraiment vérifier avec l’organisme si c’est vraiment tout attaché, est-ce que c’est sûr que ça aura lieu», déclare la mairesse suppléante, Ginette Bellemare.

Rappelons que le Championnat Rallycross hivernal, qui devait être présenté cet hiver à Trois-Rivières, demandait un financement de 100 000$ supplémentaire au conseil municipal, afin de tenir des activités hivernales pour la population en marge de la présentation de cette compétition. Le tout a été débattu avec division lors de la séance publique d’il y a deux semaines, se soldant par un refus à la majorité d’octroyer cette subvention. La décision négative du conseil a évidemment divisé les élus, mais aussi une bonne partie de la population qui n’a pas hésité à le faire savoir aux élus, tant sur les réseaux sociaux que dans les tribunes publiques.

Or, quelques jours plus tard, on apprenait que le Rallycross hivernal ne serait tout simplement pas présenté cette année, non pas en raison du refus de la Ville, mais bien en raison de la fin des activités de la série ARX, le championnat américain de Rallycross.

Avec le recul, la mairesse suppléante Ginette Bellemare ne cache pas qu’elle aurait aimé savoir que le Rallycross hivernal n’était pas un projet aussi solidement attaché qu’il le paraissait, avant d’engager le conseil municipal dans un débat qui l’a déchiré sur la place publique.

«On a échangé les membres du conseil, concernant cette situation. Ça nous a quand même déchirés. Il n’y a pas de gagnant là-dedans, tout le monde a été touché par ça, et on a vu sur les réseaux sociaux des commentaires parfois disgracieux et difficiles pour les élus», reconnaît-elle.

Ginette Bellemare soutient que le conseil compte désormais demander davantage de précisions, voire même d’effectuer davantage de vérifications auprès des organismes qui demandent un financement, avant d’engager le conseil municipal dans des discussions de la sorte.

Mais y aura-t-il une activité hivernale pour l’ensemble de la population cette année à Trois-Rivières ? Difficile pour le moment de répondre à cette question, même si la mairesse suppléante rappelle qu’il s’agit là d’une priorité du maire Jean Lamarche.

«Le maire avait proposé une activité hivernale. De son côté, avec la Direction des loisirs, ils vont regarder si c’est possible pour cette année, peut-être en s’associant avec des organismes, d’offrir un événement hivernal au niveau du centre-ville ou d’ailleurs. C’est une priorité du maire, il l’a annoncé en campagne électorale. Il y tient beaucoup. Si ce n’est pas possible cette année, peut-être l’année prochaine», précise Ginette Bellemare.

Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, est présentement en mission économique à Mulhouse, en France, ce qui explique qu’il n’a pu présider la séance publique de mardi soir.