Ronald St-Onge Lynch
Ronald St-Onge Lynch

Ronald St-Onge Lynch: miser sur le cuir végétalien pour l’avenir

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Le candidat indépendant dans Trois-Rivières, Ronald St-Onge Lynch, persiste et signe. Le cuir végétalien est un produit d’avenir, dit-il, qui pourrait être fabriqué à Trois-Rivières et donc aider l’économie régionale. Il a beaucoup basé sa campagne électorale, au cours des dernières semaines, sur ce sujet qui le captive.

Le candidat ne cache pas qu’il n’a fait aucun porte-à-porte durant sa campagne. C’est en faisant du taxi, le soir et les week-ends, dit-il, qu’il rencontre les électeurs. Ses principaux clients sont des préposés aux bénéficiaires et des infirmières, dit-il, et il en profite pour leur parler d’un autre point important de son programme électoral, soit l’idée d’abolir l’impôt sur les heures supplémentaires. «Je suis le seul candidat au fédéral à l’avoir proposé», souligne-t-il. «On est dans une conjoncture où il n’y a pas de main-d’œuvre et où les conditions sont souvent très difficiles», rappelle-t-il en misant sur cet incitatif.

«On ne me demande pas quel est ton programme. On me demande souvent comment va ma campagne», dit-il.

Le candidat regrette de ne pas avoir été invité au débat organisé par la Chambre de commerce où il aurait pu faire la promotion de son idée de cuir végétalien. «C’est dommage. C’est tout de même une idée intéressante», croit-il. Loin d’être découragé, Ronald St-Onge Lynch voit sa participation et ses idées comme des placements pour de prochaines élections, peut-être dans deux ans, dit-il, si le prochain gouvernement est minoritaire.

L’important, d’ici le jour du scrutin, c’est «de ne pas dire de niaiseries».

Il martèle que son idée de cuir végétalien finira par faire son chemin. Après tout, fait-il remarquer, plusieurs de ses idées lancées au fil des dernières années ont fini par voir le jour, que ce soit celle de faire venir le Cirque du Soleil à Trois-Rivières ou celle d’avoir un club-école de la Ligue américaine de hockey.

Son idée de cuir végétalien, «peut-être que ça va mettre la table. Même si je ne gagne pas cette élection-ci, de la manière dont je voyais ça, c’était d’amener une idée pour un secteur d’avenir», fait-il valoir. «Cette idée est loin d’être stupide pour Trois-Rivières», affirme-t-il. Le cuir végétalien, dit-il, est quelque chose de nouveau. «De la manière dont je me sens aujourd’hui, c’est un peu comme celui qui, à l’époque, a dit: On va inventer le papier. Je me sens à l’étape de présenter le cuir végane.»