Le rapport du comité d’experts sur l’encadrement des activités de rodéo devrait être publié au printemps.

Rodéos à Saint-Tite: le ministre Lamontagne se dit sensible

Trois-Rivières — S’il n’en tient qu’au ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) André Lamontagne, les activités de rodéo qui se tiennent dans le cadre du Festival western de Saint-Tite ne devraient pas être menacées dans le cadre de l’application de la Loi sur le bien-être animal. Le ministre, comme plusieurs personnes concernées par ce dossier, attend avec impatience les conclusions des travaux du comité consultatif mis en place à ce sujet, un rapport attendu au cours du printemps.

On se souviendra que dans la foulée de l’adoption de la Loi sur le bien-être animal, une injonction avait été déposée en 2017 par le professeur de droit Alain Roy afin de tester les limites de la loi, lui qui souhaitait interdire la tenue d’un rodéo urbain dans le cadre des festivités entourant le 375e anniversaire de Montréal. Des négociations entre les différentes parties ont permis la tenue de l’activité, mais également la création d’un comité consultatif avec le MAPAQ, le Festival western et des experts nommés par le professeur Roy pour encadrer les pratiques du rodéo en lien avec cette nouvelle loi.

Entre temps, le professeur et certains experts se sont rendus à Saint-Tite en 2017 pour documenter les pratiques du rodéo, et ont publié au printemps dernier un rapport dévastateur sur les pratiques, rapport qui a été qualifié de biaisé par l’organisation du Festival western.

«Je ne peux pas présumer des conclusions du comité de travail. Ce que je peux dire, par contre, c’est que les activités qui se tiennent à Saint-Tite depuis des années sont importantes pour la région. Selon moi, en aucun temps l’objectif est que l’activité n’existe plus. Évidemment, on traversera le pont quand on arrivera à la rivière et on ne peut pas présumer des travaux du comité d’experts. Mais au même titre que ma collègue et députée de la région, Mme LeBel, je suis très sensible aux retombées touristiques très importantes du festival pour la région», mentionne le ministre Lamontagne.

Ce dernier soutient qu’à notre époque, les activités peuvent évoluer et s’adapter aussi aux nouvelles réalités, et que les gens mandatés sur ce comité d’experts ont actuellement une responsabilité très importante. «Peu importe les conclusions du rapport, nous serons là pour aider et accompagner l’organisation avec les recommandations qui seront formulées», ajoute M. Lamontagne.

Appelée à réagir à ces propos, l’organisation du Festival western de Saint-Tite a simplement rappelé qu’elle offre depuis le début son entière collaboration aux travaux du comité. «Nous avons offert tous les accès à notre organisation aux experts et nous offrons toute notre collaboration pour le bon déroulement des travaux. Nous attendons nous aussi les recommandations du comité d’experts», mentionne la responsable des communications pour le dossier du bien-être animal au Festival western, Guylaine Beaudoin.