Robert Trudel

Robert Trudel prépare sa réplique

SHAWINIGAN — Robert Trudel le reconnaît, jamais il n’aurait cru avoir à commenter la nomination de son successeur un jour. Bon joueur, il souhaite à Sandie Letendre le meilleur des succès à la tête de l’une des principales attractions touristiques de la Mauricie.

«Je la félicite», commente l’homme déchu, très discret depuis son départ de la Cité de l’énergie, en mai dernier. «Elle tombe dans une organisation en très bonne santé financière, avec un fonds de roulement de quatre millions $. Elle n’a pas à se tracasser sur le plan financier. En plus, elle arrive dans une organisation qui compte sur du personnel super qualifié. Les gens savent ce qu’ils ont à faire. Nous mettons notre confiance en ses capacités et l’avenir parlera. Je lui souhaite bonne chance.»

M. Trudel ne veut pas trop revenir sur son départ de la Cité de l’énergie, après un reportage diffusé sur les ondes d’ICI Radio-Canada Mauricie - Centre-du-Québec où cinq femmes, dont une à visage découvert, avaient raconté avoir vécu des comportements inappropriés à caractère sexuel en sa compagnie. Malgré ces dénonciations, M. Trudel ne fait toujours face à aucune accusation.

«Ç’a été une désagréable surprise», confie-t-il. «On va prendre les moyens nécessaires pour rétablir la vérité.» Selon lui, des avocats étudient actuellement les recours possibles.

Le président du conseil d’administration de la Cité de l’énergie, Roland Désaulniers, n’a pas voulu confirmer l’information selon laquelle le rapport sur le climat de travail réalisé par la firme Altifica démontrait qu’aucun employé ne s’était plaint de gestes indécents commis par M. Trudel pendant son règne de plus de 20 ans à la direction générale.

«C’est un document de travail», explique-t-il. «Je n’ai pas du tout l’intention de rendre ça public. Je n’ai rien à expliquer à personne sur ce point de vue. On s’est servi des constatations pour améliorer notre façon de gérer, nos ressources humaines. La directrice générale sera au courant du constat que nous avons fait et ce sera un outil de travail pour la suite.»