Un colossal travail de nettoyage attend Robert fer & métaux sur le site de l’ancienne usine Belgo, à Shawinigan.

Robert fer & métaux obtient le contrat de nettoyage de la Belgo

SHAWINIGAN — Le travail de nettoyage du site de l’ancienne papeterie Belgo reviendra à l’entreprise Robert fer & métaux de Shawinigan. Cette confirmation est apparue en fin d’après-midi lundi sur le Système électronique d’appel d’offres du gouvernement du Québec.

Il ne s’agit pas d’une grande surprise, puisque Robert fer & métaux avait déposé la plus basse soumission. Sa proposition de 944 940 $ battait celle de Sanexen Services environnementaux d’une trentaine de milliers de dollars. Quatre autres entreprises avaient déposé une soumission, la plus élevée étant celle d’Hamel construction de Saint-Édouard-de-Lotbinière, à 1 516 800 $. À noter que l’offre d’Excavation René Saint-Pierre, de Sherbrooke, a été jugée non conforme.

Dans son appel d’offres, le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques estimait à sept mois la durée de ces travaux. Essentiellement, Robert fer & métaux veillera à la disposition des matières résiduelles sur le site honni, où l’exploitation de l’usine Belgo a cessé au début de l’année 2008. Recyclage Arctic Béluga avait acquis cette propriété en 2010, mais n’a pas rempli ses obligations envers le MELCC et la Ville de Shawinigan dans les délais prévus. L’entreprise a cessé ses activités l’an dernier. Elle possède toujours une existence légale.

Martin Robert, chargé de projets chez Robert fer & métaux, mentionne qu’il n’a pas encore obtenu officiellement la date du début des manœuvres de la part du ministère. Il s’attend toutefois à envoyer la machinerie sur le site d’ici trois semaines.

«On a hâte de nettoyer ça, parce que ça fait dur!», sourit-il.

Au-delà du symbole que représente ce chantier à Shawinigan, M. Robert n’entrevoit aucune difficulté particulière.

«Ce n’est que du nettoyage», fait-il remarquer. «Il n’y aura pas de démolition; ça viendra lors d’un autre appel d’offres. On va ramasser du béton et de la brique!»

Pour la députée de Laviolette–Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif, il s’agit d’une autre étape qui approche la communauté du résultat recherché depuis tant d’années, soit la remise en ordre de l’une des principales portes d’entrée de Shawinigan.

«Je tiens mordicus à ce que la date d’échéance de la fin des travaux soit respectée et que le travail et les transbordements des matériaux soient faits dans les règles de l’art et le respect de l’environnement», commente-t-elle.