Les rites funéraires à l’église reprennent graduellement dans la région.
Les rites funéraires à l’église reprennent graduellement dans la région.

Rites funéraires à l’église: une reprise graduelle dans la région

Amélie Houle
Amélie Houle
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Le 26 juin dernier, Le Nouvelliste rapportait qu’à la suite de l’autorisation de la Santé publique pour les rassemblements de 50 personnes, un flou persistait dans la région concernant la tenue de rites funéraires à l’église. Plus d’un mois plus tard, maintenant qu’il est désormais possible de tenir des rassemblements de 250 personnes, la situation semble s’être stabilisée en région, alors qu’on constate une reprise graduelle de ces rituels dans la grande majorité des églises.

Tant du côté du Diocèse de Trois-Rivières que de celui de Nicolet, les églises de la région se déconfinent graduellement depuis le dernier mois, si bien que les funérailles à l’église peuvent avoir lieu dans la plupart des établissements qui ont rouvert leurs portes, sur demande des entreprises funéraires et des familles endeuillées.

«Pour la question des funérailles, dans les plans de reprise soumis aux instances diocésaines au début juillet, la modalité est assez uniforme. C’est-à-dire que les entreprises funéraires et parfois les familles plus proches de la communauté chrétienne sur le plan de la pratique religieuse doivent prendre contact avec la paroisse pour la tenue de funérailles. Mais en majorité, les responsables des paroisses regroupées et des communautés de proximité tentent actuellement de répondre au mieux aux demandes. Lorsque c’est impossible, c’est parfois en raison du défi actuel de trouver des personnes bénévoles pour veiller à la mise en place et pour assurer les services dans la continuité des consignes sanitaires mises en place par les instances publiques», explique Mélanie Charron, coordonnatrice de la pastorale d’ensemble et des communications au Diocèse de Trois-Rivières.

À titre d’exemple, à l’église de Saint-Tite qui rouvrira ses portes cette fin de semaine, ce sont 27 bénévoles qui ont mis la main à la pâte afin de permettre la réouverture de l’établissement.

Du côté du Diocèse de Nicolet, on fait état d’une situation similaire. «De manière générale, la situation est pratiquement revenue à la normale concernant la tenue des funérailles pour les familles qui en font la demande. Il y a toutefois eu beaucoup de rattrapage à ce niveau-là qui a été fait pour les funérailles à l’église au cours des dernières semaines pour rattraper le retard accumulé», précise pour sa part la responsable des communications du Diocèse de Nicolet, Jacinthe Lafrance.

D’ailleurs, si plusieurs églises ont rouvert leurs portes aux fidèles au cours des dernières semaines et que certaines comptent le faire prochainement, quelques établissements ont pour leur part manifesté leur souhait de célébrer des funérailles ultérieurement ou lors de leur ouverture prochaine. C’est notamment le cas de l’église de La-Visitation-de-la-Sainte-Vierge du secteur Pointe-du-Lac qui offrira cette possibilité dès le mois de septembre, l’église de Saint-Stanislas qui le fera dès le 12 septembre, ainsi que les églises de la paroisse regroupée de Saint-Christophe (Yamachiche et les environs) qui le feront à compter du dimanche 16 août.

«La plupart des églises offrent ce service sur demande encore pour l’instant, mais je suis certaine qu’on va ouvrir d’autres églises au mois d’août. Toutefois, ce sont les marguilliers qui décident, donc ça dépend vraiment si l’équipe de pastorale est en place ou non», souligne Julie Rousseau, propriétaire du Centre funéraire Rousseau de Trois-Rivières.

«Les églises ne sont pas toutes ouvertes en ce moment, mais grosso modo, les paroisses dans la région commencent à ouvrir leurs portes. Par exemple, on a prévu faire des funérailles à Saint-Étienne-des-Grès en septembre, donc graduellement, ça commence à ouvrir. Mais je ne sais pas si on peut s’attendre à ce qu’elles ouvrent toutes par contre. Moi je n’y crois pas», soutient de son côté Caroline Richard, propriétaire de la Maison funéraire Richard et Philibert.

Des églises désignées

Malgré la reprise graduelle des activités de certaines églises depuis quelques semaines, il n’en demeure pas moins que dans la région, certaines paroisses ne sont pas encore en mesure de célébrer les funérailles de leurs concitoyens.

Pour ce faire, à Trois-Rivières, deux établissements religieux sont mis à la disposition des familles pour les rites funéraires, soit la cathédrale de l’Assomption de Trois-Rivières et l’église Saint-Pie-X.