La responsable des communications à la RGMRM, Sylvie Gamache, qui a reçu il y a quelques semaines un résultat positif à la COVID-19, a permis d’éviter une éclosion au sein de son milieu de travail.
La responsable des communications à la RGMRM, Sylvie Gamache, qui a reçu il y a quelques semaines un résultat positif à la COVID-19, a permis d’éviter une éclosion au sein de son milieu de travail.

RGMRM: une éclosion de COVID-19 évitée grâce à la vigilance d’une employée

Amélie Houle
Amélie Houle
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Tout comme plusieurs autres entreprises et organisations de la région, la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie (RGMRM) aurait très bien pu devenir un foyer de contamination de COVID-19 et faire la manchette des médias au cours des dernières semaines. C’est qu’une éclosion de COVID-19 a selon toute vraisemblance pu être évitée au début de mois, grâce à la vigilance d’une employée qui s’est volontairement isolée à la maison dès la présence d’un premier symptôme. Résultat, elle est la seule à avoir reçu un diagnostic positif, épargnant du même coup tous les autres employés de l’endroit.

«Je peux vous confirmer qu’il y a bel et bien eu un cas chez nous, et ce cas, c’était moi», a rapidement confirmé la conseillère en communications de la RGMRM, Sylvie Gamache, lorsque Le Nouvelliste l’a contactée lundi.

En effet, ce fameux test positif, c’est d’ailleurs nulle autre que la conseillère en communications de l’endroit qui l’a reçu au début du mois dernier, et ce, à son plus grand étonnement.

«Dès que j’ai eu des doutes, j’ai communiqué avec mon employeur pour lui dire. Mais ce n’était vraiment pas de gros symptômes qui étaient clairs. En fait, j’ai eu une fatigue soudaine au cours de la fin de semaine et c’était assez intense pour que je me demande pourquoi j’étais aussi fatiguée, donc ça me tournait dans la tête. Je me suis placée rapidement en isolement et j’ai pris un rendez-vous, car il n’y avait selon moi pas de chance à prendre. J’ai finalement été testée positive quelques jours plus tard», raconte-t-elle.

Rétablie depuis déjà quelques semaines, la conseillère en communications s’explique toutefois encore mal comment elle a pu contracter le virus, elle qui estimait pourtant être très vigilante au quotidien.

«J’ai personnellement pu constater que ça s’attrape très facilement, car je n’ai aucune idée d’où j’ai pu l’attraper. Je suis chanceuse, car j’ai eu peu de symptômes et je m’en sors bien. Mais ce qui est le plus important pour moi, c’est que je ne l’ai pas transmis à mon entourage et au travail, car je me suis placée rapidement en isolement préventif. Donc sans cette vigilance-là, j’aurais peut-être contaminé des collègues, donc je suis très heureuse de ne pas l’avoir fait», soutient-elle.

À cet effet, une seule autre personne a dû se mettre en isolement préventif à la suite de ce diagnostic. L’isolement de cette dernière est également terminé, confirme toutefois Mme Gamache.

«Il y avait une seule personne qui est une collègue avec qui je n’étais pas tout à fait certaine d’avoir respecté en tout temps le deux mètres, donc on n’a pas pris de chance pour préserver notre milieu de travail. Elle s’est donc aussi placée en isolement préventif et son isolement est terminé.»

Après cet épisode qui aurait pu être plus dramatique, l’organisation a évidemment été en mesure de tirer quelques conclusions au cours des derniers jours.

«C’est un petit épisode isolé qui est arrivé à la Régie, mais ça a également permis de nous sensibiliser à l’importance d’adapter nos comportements pour protéger notre entourage et nos employés même si depuis le début, on suit à la lettre les recommandations des autorités sanitaires. D’ailleurs, le CIUSSS est venu nous visiter la semaine dernière, puisque ça fait partie des procédures quand il y a un cas en milieu travail et globalement, notre milieu est évalué sécuritaire selon eux», précise Mme Gamache.

Bien qu’elle ne conserve pas de séquelles graves et que l’événement n’a finalement pas eu de répercussions majeures au sein de son milieu de travail, Sylvie Gamache tient tout de même de sa propre initiative à lancer un message afin que d’autres situations du genre puissent être évitées.

«Le comportement individuel qu’on adopte au quotidien en lien avec les mesures sanitaires permet vraiment de prévenir la propagation du virus et j’ai été à même de le constater. D’ailleurs, on ne le fait pas seulement pour nous, mais aussi pour notre entourage. C’est donc important d’être vigilant et de vraiment être attentif au moindre symptôme et d’être responsable pour protéger nos environnements de travail», conclut-elle.