Yvon Douville et Yvon Deshaies, photographiés l’automne dernier.
Yvon Douville et Yvon Deshaies, photographiés l’automne dernier.

Retard de paiement de taxes municipales: Louiseville rétablit la pénalité

Louiseville — La Ville de Louiseville vient de rétablir la pénalité associée au retard de paiement de taxes municipales après avoir accordé un congé temporaire en raison de la crise créée par la COVID-19.

Ce congé, qui visait les soldes impayés en date du 23 mars 2020, a duré comme prévu du 24 mars au 11 mai. Des citoyens ont profité de cette mesure, mais la grande majorité des contribuables ont acquitté leurs taxes comme d’habitude, selon des informations provenant de l’hôtel de ville.

«Les gens qui ont perdu leur emploi ont reçu de l’aide gouvernementale. Il y a eu peu de personnes qui en ont profité. Personnellement, je n’ai pas eu de demande. On ramène la pénalité», explique le maire de Louiseville, Yvon Deshaies.

Selon le directeur général, Yvon Douville, la mesure a aidé un certain nombre de contribuables à souffler un peu en cette période difficile. Il n’était pas en mesure de dire avec exactitude le nombre de personnes ayant profité de ce congé.

«On n’a pas l’analyse des chiffres. Mais voyant la reprise, on a réinstallé le taux. On ne voyait pas le besoin de prolonger», raconte M. Douville à propos du taux d’intérêt annuel de 15 % imposé pour tout retard de paiement de taxes.

«La Ville reçoit les taxes, ajoute le maire. C’est bon avec la pandémie qu’on vit. L’argent entre et on peut payer ce qu’on doit payer.»

Le prochain versement des taxes est prévu pour le 4 juin. Le dernier versement est attendu pour le 4 septembre.

Camp de jour

Louiseville a profité de la séance du conseil de lundi pour embaucher son équipe d’animateurs responsables du camp de jour. Le conseil veut faire preuve de prévoyance dans ce domaine malgré le fait que le gouvernement pourrait ordonner l’annulation de cette activité estivale.

«Il faut ouvrir les camps de jour, comme les écoles (primaires) sont ouvertes. Quand le gouvernement a annoncé l’ouverture des écoles, on a décidé de bouger. Les parents travaillent, on ouvre nos camps, à moins que le gouvernement dise qu’on les ferme», mentionne le maire Deshaies.

En agissant maintenant, la Ville s’assure d’avoir le personnel désiré pour mener un camp de jour, souligne le directeur général.

«Si on attend trop pour engager nos gens, ils pourraient prendre d’autres options. On voulait s’assurer que plusieurs reviennent. Et les camps de jour, c’est une longue tradition. Pour nous, c’est un service essentiel. On le considère comme ça depuis le départ et on désire le maintenir», raconte Yvon Douville.

Évidemment, le camp de jour sera annulé si le gouvernement en décide ainsi ou si les parents préfèrent majoritairement garder leurs enfants à la maison durant l’été.

Selon le directeur général de la Ville de Louiseville, le camp de jour de 2019 a accueilli 112 enfants.