Le copropriétaire du Resto-Bar Le Brasier 1908, Yves Beaudoin, propose l’expérience Brasier à la maison tout en encourageant des producteurs locaux.
Le copropriétaire du Resto-Bar Le Brasier 1908, Yves Beaudoin, propose l’expérience Brasier à la maison tout en encourageant des producteurs locaux.

Restaurants en zone rouge: «On a encore besoin du soutien de la population»

Marc Rochette
Marc Rochette
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — «On est résilient, on veut innover, mais on a encore besoin du soutien de la population.» Voilà le cri du cœur lancé par le copropriétaire du Resto-Bar Le Brasier 1908, Yves Beaudoin, qui se voit contraint de fermer à nouveau sa salle à manger dès dimanche pour se conformer aux exigences de la zone rouge décrétée par Québec.

Selon lui, si certains restaurateurs sont tentés de baisser les bras, la majorité sont prêts à faire face à la musique. «On relance l’initiative resto3r.com à compter de dimanche. On y retrouve tous les restos où on peut commander soit des plats à emporter, soit de la livraison. Et on ajoute comme nouveauté les offres spéciales COVID. Il y a plein de restos qui ont eu des idées intéressantes», raconte M. Beaudoin.

Par exemple, son entreprise propose l’expérience Brasier à la maison avec un panier mettant en valeur des producteurs locaux (vins d’importation privée, bières de microbrasserie, thé, café, tartinades, etc.). Une façon, dit-il, de se gâter personnellement ou de faire plaisir à des proches ou des employés.

Et dès samedi, le chef Pierre-Jean va expliquer sur une base hebdomadaire une recette coup de cœur sur la page Facebook du restaurant. «Les gens qui voudront vivre l’expérience Brasier à la maison vont avoir la recette», se plaît à indiquer M. Beaudoin.

Si la première vague avait créé une onde de choc dans l’industrie de la restauration, la deuxième vague était davantage prévisible, à son avis.

«On est plus prêt sur le plan opérationnel. En zone rouge, le gouvernement donne un appui pour les frais fixes des restaurateurs. Et si dans la première vague, on était en mode PCU, là, ce qui est offert, c’est l’assurance-chômage COVID. On peut garder les employés à l’emploi, ils peuvent travailler quelques heures tout en ayant droit à leur montant. Globalement, on peut s’assurer que l’employé va pouvoir maintenir un revenu, son lien d’emploi et continuer à travailler», décrit l’homme d’affaires.

Bonne nouvelle dans son cas, l’hôtel Delta demeure ouvert, malgré la zone rouge. «La roue continue de tourner», fait-il valoir.

Après un été «extraordinaire dans les circonstances», Yves Beaudoin s’apprête donc à recevoir sa clientèle pour une dernière fois jusqu’à tard samedi soir.

«Les gens qui veulent profiter du restaurant une dernière fois avant quelques semaines, on est prêt à les accueillir en distanciation encore. On voit que les gens aiment le restaurant, c’est un équilibre psychologique et moral. On sait que les gens ont besoin de cette soupape-là. On va essayer de maintenir l’expérience à distance, mais on a confiance que les gens vont être au rendez-vous lors de la reprise», a conclu celui qui renouvelle l’offre en ligne de cartes-cadeaux et la collaboration avec Moisson Mauricie.