La coroner Andrée Kronström a terminé le volet factuel de son enquête publique, et reviendra à Trois-Rivières à l’automne pour poursuivre avec les volets des représentations et des recommandations.
La coroner Andrée Kronström a terminé le volet factuel de son enquête publique, et reviendra à Trois-Rivières à l’automne pour poursuivre avec les volets des représentations et des recommandations.

Ressource secouée, protocoles améliorés à la Maison Carignan

Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — La mort de Lyndia Hamel à l’intérieur des murs de la Maison Carignan, le 27 décembre 2016, est un événement qui a littéralement traumatisé l’organisation. C’est du moins en ces termes que le directeur général de l’époque, Alain Poitras, a résumé l’événement pour lequel il était assigné comme témoin dans le cadre de l’enquête publique sur la mort de la jeune femme de 21 ans, enquête publique qui a terminé le premier volet de ses travaux vendredi au palais de justice de Trois-Rivières.