Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Sur la photo: Sylvie Gervais, directrice générale du CAB de Grand-Mère et Diane Lemay, travailleuse de milieu et maintenant présidente de l’Association des proches aidants de l’Énergie.
Sur la photo: Sylvie Gervais, directrice générale du CAB de Grand-Mère et Diane Lemay, travailleuse de milieu et maintenant présidente de l’Association des proches aidants de l’Énergie.

Réseau de soutien pour les proches aidants à Shawinigan: un succès qui fait des petits

Mathieu Lamothe
Mathieu Lamothe
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Le projet de mise en place d’un réseau de soutien pour les proches aidants de personnes âgées à Shawinigan, chapeauté par le Centre d’action bénévole (CAB) de Grand-Mère, s’est conclu de belle façon avec la création de l’Association des proches aidants de l’Énergie, une organisation qui poursuivra le travail des cinq dernières années.

Créée en 2016 grâce à un financement octroyé par Appui Mauricie, cette ressource destinée à rejoindre et aider les proches aidants dans leur quotidien était la première du genre à voir le jour dans la région shawiniganaise. Heureusement pour ses responsables, les services d’information, de formation et de soutien psychosocial continueront d’être offerts aux membres de la nouvelle association, fondée officiellement en novembre 2019.

«Notre objectif pendant toutes les années du projet, c’était de mettre en place une structure permanente qui pourrait poursuivre. Nous avons profité de la dernière année pour orchestrer une transition en douceur afin qu’il n’y ait pas de bris de services pour les personnes qu’on accompagnait. Ç’a très bien été», indique la directrice générale du CAB de Grand-Mère, Sylvie Gervais.

Cette volonté de passer le flambeau en douceur a été doublement salutaire en raison de la pandémie. Comme les rencontres et les conférences en personne ont dû être remplacées par des rendez-vous virtuels, la travailleuse de milieu responsable du projet, Diane Lemay, et son équipe ont dû changer leur approche pour rejoindre les personnes désireuses de bénéficier de leur aide. Cette dernière indique que les réseaux sociaux ont notamment été efficaces.

«Ça a malgré tout été une bonne année. On a quand même réussi à rejoindre 168 proches aidants uniques. C’est moins que pour les autres années en raison de la pandémie, mais j’ai constaté que tous les appels téléphoniques que j’ai reçus provenaient de proches aidants, ce qui n’a pas toujours été le cas avant. Nous avons beaucoup de demandes sur ce qu’on pouvait faire ou ne pas faire en raison de la COVID», explique Mme Lemay.

Au cours des années, plusieurs proches aidants ont bénéficié de ce programme. C’est notamment le cas de Roger Lanouette, dont la femme souffre d’Alzheimer. Après avoir reçu un diagnostic en janvier 2019, son état s’est considérablement détérioré par la suite, à un point tel que M. Lanouette n’était plus en mesure de s’occuper d’elle seul. Ne sachant pas à quelle porte cogner pour obtenir de l’aide, il a entendu parler de Mme Lemay et du projet qu’elle chapeautait. Oeuvrant lui-même au CAB, il ignorait l’existence des services que l’organisme offrait aux proches aidants.

«Ça m’a sauvé la vie! Je ne savais pas comment m’en sortir. Ce n’est pas évident quand on ne connaît pas le système. Grâce à elle, ma femme a été prise en charge en quelques heures. Elle est rentrée à l’hôpital deux jours après. Je regarde également des conférences et des vidéos sur la maladie et ça m’aide énormément», raconte-t-il, reconnaissant.

Maison Gilles-Carle

En plus de poursuivre la mission du projet ayant pris fin officiellement le 31 mars, l’Association des proches aidants de l’Énergie administre la nouvelle Maison Gilles-Carle de Shawinigan. La résidence de la 10e Avenue dans le secteur Grand-Mère compte huit chambres adaptées pour des personnes souffrant de maladies dégénératives, telles que l’Alzheimer, la sclérose en plaques et la maladie de Parkinson.

Sept employés y œuvreront, sans compter les dizaines de bénévoles qui les épauleront. Ils auront comme tâche de s’occuper des malades afin de donner un peu de répit à leurs proches aidants. La maison offrira son service d’hébergement 24 heures sur 24 et sept jours par semaine.

Bien qu’elle soit maintenant une jeune retraitée, Mme Lemay continuera à donner de son temps bénévolement pour la cause qui l’a occupée professionnellement au cours des cinq dernières années. Elle a en effet accepté la présidence de l’Association.