Le RAAAE n’intervient plus sur le territoire de la SPA de la Mauricie mais développe ses activités ailleurs.

Réseau d’aide aux animaux abandonnés et errants de la Mauricie: déjà 80 adoptions en 2019

Shawinigan — Malgré quelques frictions survenues avec la SPA de la Mauricie, en début d’année, le Réseau d’aide aux animaux abandonnés et errants de la Mauricie (RAAAE) continue sa progression. Depuis son lancement officiel, au début de 2019, déjà 80 animaux ont trouvé un foyer grâce à ses interventions.

Au départ, le RAAAE intervenait sur le territoire desservi par la SPAM, ce qui lui a valu la visite d’inspecteurs. Comme l’explique la porte-parole de la SPAM, Sarah-Lise Hamel, l’avocat de la Ville de Trois-Rivières a été consulté à ce sujet et la réglementation municipale stipule que tout animal errant doit être remis à la SPAM à défaut de quoi, un constat d’infraction sera émis.

Mélanie Déry, une des cofondatrices du RAAAE, indique que depuis cette confrontation, son organisme n’intervient que sur les territoires non desservis par la SPAM. «On ne touche plus à leur territoire», assure-t-elle.

L’organisme a d’ailleurs obtenu une entente avec une municipalité non desservie par la SPAM, soit Sainte-Anne-de-la-Pérade et est en pourparlers avec deux autres municipalités de la MRC des Chenaux, Champlain et Saint-Narcisse, indique Mme Déry, en précisant que son organisme attend d’être enregistré au Registraire des entreprises du Québec pour aller plus loin.

La mairesse de Sainte-Anne-de-la-Pérade, Diane Aubut, explique qu’il était plus facile de faire affaire avec le RAAAE qu’avec la SPAM parce que le RAAAE vient chercher les animaux sur place alors qu’avec la SPAM, il fallait aller les porter dans leurs locaux, dit-elle. Le service offert par le RAAAE, ajoute-t-elle, est aussi moins cher pour la municipalité.

Pour l’instant, le RAAAE ne s’occupe que des chats. Les chiens errants, eux, ont été confiés à une personne du territoire de Sainte-Anne-de-la-Pérade, indique la mairesse.

Le RAAAE ne dispose pas encore d’un local, mais entend en ouvrir un éventuellement. Pour l’instant, sa stratégie consiste à confier les animaux errants à des familles d’accueil jusqu’à leur adoption.

C’est d’ailleurs un des éléments qui inquiètent la SPAM, indique Sarah-Lise Hamel, car un animal errant peut être porteur de maladies ou de parasites transmissibles non seulement aux autres animaux que posséderait la famille d’accueil, mais également aux humains, comme la teigne, par exemple.

À ce chapitre, Mélanie Déry indique que le RAAAE fait affaire avec plusieurs vétérinaires de la région pour évaluer la santé de tous les animaux errants récupérés et les mettre en quarantaine, au besoin, pendant leurs traitements. Il est d’ailleurs arrivé que l’organisme dépense près de 1000 $ pour faire soigner un de ses protégés, dit-elle.

Il faut souligner que le RAAAE demande 200 $ par chat en adoption et parfois un peu moins. Cela peut sembler élevé, mais en proportion, la SPAM en demande 150 $.

Mme Déry explique que contrairement à la SPAM, le RAAAE ne possède pas d’autres mécanismes d’autofinancement, comme les médailles obligatoires, par exemple. Elle doit donc se fier sur les frais d’adoption pour faire croître son organisme sans but lucratif. Le RAAAE se finance également via la vente de divers produits comme des camisoles, casse-tête et stylos et des activités d’autofinancement.

Il tiendra d’ailleurs un souper spaghetti avec animation et vente de produits promotionnels, le 18 mai à la Légion Royale au 10, Saint-Irénée à Trois-Rivières, à 18 h. Il sera possible d’y faire une adoption.

Un autre point soulevé par la SPAM est le fait qu’un animal errant récupéré par le RAAAE pourrait appartenir à quelqu’un qui le recherche.

À ce chapitre, Mme Déry indique que l’on vérifie systématiquement chaque chat pour la présence d’une micropuce ou d’un collier qui permettrait de l’identifier.

«On est en contact avec le Groupe d’animaux perdus / trouvés Mauricie / Centre-du-Québec. Quand on ne sait pas à qui est le chat, on l’affiche sur ce site-là pour être sûr qu’il n’est pas à quelqu’un», précise-t-elle.

Les animaux en adoption sont également identifiés par une photo sur la page Facebook du Réseau d’aide aux animaux abandonnés et errants de la Mauricie. De nombreuses chattes en fin de gestation font partie des animaux récupérés par l’organisme lorsque personne ne les revendique.