Stéphane Boileau

Réseau cellulaire et Classique: «je suis à l’étape de la sainte colère»

Trois-Rivières — Le sujet n’a rien de nouveau, mais il commence sérieusement à exaspérer le directeur général de la Classique internationale de canots de la Mauricie. Les années passent et Stéphane Boileau attend toujours – désespérément – un réseau cellulaire fonctionnel dans le nord de la Mauricie.

Voilà déjà six ans que le grand manitou est débarqué à la tête de l’événement qui a souligné ses 86 ans ce week-end et, telle une tradition, la colère monte en lui chaque année lorsqu’arrive le moment de la fête du Travail.

«On a eu des promesses pour 2017, 2018 et 2019. Et il n’y a toujours rien qui a changé. C’est incroyable que, sur une des plus belles rivières au monde, notre système de télécommunication date du Moyen-Âge. C’est inacceptable.»

Or, selon le ministre fédéral François-Philippe Champagne, il semble que l’attente tire à sa fin. L’entreprise Solutions Ambra est présentement à l’étape de la construction des tours cellulaires.

«Les travaux ont commencé avec le fournisseur. On est en phase construction. C’est sûr qu’on voudrait tous que ça avance plus vite, car c’est une question de santé et sécurité, tant dans le cadre de la Classique que pour tous les usagers de la route 155», indique le député de Saint-Maurice-Champlain, en entrevue avec Le Nouvelliste.

Encore ce week-end, Boileau et son équipe ont vécu toutes sortes de désagréments reliés à l’absence de télécommunications. «Il y a eu des incidents, des bris d’équipement sur la rivière et sur la route. Et nos gars étaient incapables de se rejoindre entre eux pour les régler. On est coincés pour la totalité de la première étape et le tiers de la deuxième étape. C’est la moitié du parcours. Je commence à être tanné de travailler dans ces conditions. Il serait temps qu’on arrive en 2019, dans un monde moderne.»

Bien conscient des ennuis qu’un tel enjeu peut entraîner pour un événement comme la Classique, le ministre Champagne se montre optimiste.

«Je sais que les travaux avancent. Ça s’échelonne sur plus qu’une année de construction. Mais je partage la même impatience que tout le monde de voir ces travaux être complétés.»

Rappelons qu’à l’été 2017, Québec et Ottawa avaient annoncé qu’ils investiraient une somme totale de 26 millions de dollars dans deux projets d’infrastructures de télécommunications pour permettre le branchement à Internet haute vitesse et l’augmentation de la couverture cellulaire sur la route 155.