Jean-François Aubin propose un plan pour repenser Trois-Rivières autour du futur TGF.

Repenser la ville en fonction du TGF, propose Aubin

Trois-Rivières — Confiant de voir arriver dans un avenir rapproché le train à grande fréquence (TGF) à Trois-Rivières, le candidat à la mairie Jean-François Aubin est d’avis qu’il faut tout de suite repenser l’aménagement de ce secteur pour favoriser un accès rapide vers différents points stratégiques de la ville. Un développement qui passera notamment par l’ajout de lignes express de transport en commun et par l’aménagement de pistes cyclables.

«Le TGF, certains n’y croient pas, mais moi je demeure convaincu que ça nous le prend et il ne faut pas lâcher la pression de ce côté-là. Et dans l’optique où il sera bientôt en fonction, ce n’est pas plus tard qu’il faut commencer à planifier et à repenser le secteur de la gare, c’est maintenant», indique M. Aubin, désireux de mettre en place ce projet de développement peu importe la décision prise par Ottawa concernant le TGF. «D’une certaine façon, ça vient également démontrer notre volonté réelle d’avoir le train, et ça aide à mettre de la pression. On est rendu là, à pouvoir bénéficier d’un tel équipement», est d’avis le candidat.

Ainsi, d’un terminus d’autobus qui pourrait être aménagé dans le secteur de la rue Champflour, des lignes express partiraient pour desservir quatre grands secteurs, soit le bas du Cap vers Aleris et le Sanctuaire, le haut du Cap vers les quartiers résidentiels et commerciaux, le District 55 de même que le quadrilatère formé des institutions d’enseignement supérieur et du pavillon Sainte-Marie du CIUSSS. Des services qu’il compte déployer dans un horizon de deux à trois ans.

Le long de ces lignes express se développeront également des pistes cyclables, de même que des espaces verts où l’on priorisera la végétation intégrée au développement urbain. La construction de la passerelle de vélo, sous le pont du chemin de fer, est également comprise dans ce plan de développement. Rappelons que la construction de cette passerelle figure déjà dans les intentions de l’actuel conseil municipal.

Du coup, Jean-François Aubin est convaincu du bien-fondé de revitaliser le secteur de la gare de la rue Champflour, et que cette vision de développement contribuera aussi à créer de l’engouement non seulement pour les développements résidentiels à venir sur le site de l’ancienne usine Aleris, mais également pour tous les terrains vacants et encore non développés qui se retrouvent au cœur de la ville, et pour lesquels les promoteurs seraient de plus en plus tentés d’investir.

«En plus d’aider à la revitalisation de notre ville, nous favorisons le transport durable et actif», relate le candidat, qui estime que cette mesure nécessitera l’ajout d’environ six autobus au réseau de transport en commun actuel.

«Il s’agit ici d’une proposition. Les discussions avec la population viendront assurément enrichir et bonifier ce projet. Quand on pense à l’avenir, on pense aussi à Trois-Rivières comme capitale régionale verte. Un maire doit offrir une vision globale de la ville, à court, moyen et long terme. Ce que je propose est une excellente façon d’affirmer le rôle de capitale régionale que tient Trois-Rivières et de renforcer son positionnement entre Montréal et Québec», mentionne M. Aubin.

Le candidat a profité de son point de presse tenu mercredi matin afin d’offrir ses bonnes pensées aux citoyens touchés actuellement par les inondations. «J’y suis moi-même allé cette fin de semaine afin de donner un coup de main. Je suis parfaitement conscient de l’insécurité que peuvent vivre ces gens», indique celui qui a félicité la Ville et ses intervenants d’être aussi proactifs.

Par ailleurs, le candidat est d’avis que dans l’avenir, il faudra réfléchir à cette question en tant que Ville, étant donné que ces phénomènes semblent se répéter de plus en plus.