Un employé de l’écocentre de Shawinigan est protégé par une visière pour recevoir le public. 
Un employé de l’écocentre de Shawinigan est protégé par une visière pour recevoir le public. 

Réouverture très achalandée des écocentres

Trois-Rivières - Des files de voitures qui n’en finissent plus et au moins une heure d’attente. La réouverture des six écocentres de la région, mardi, a aiguisé la patience des citoyens venus porter leurs matières recyclables afin de leur assurer une seconde vie.

Il fallait être vraiment convaincu pour aller porter ses matières, mardi. Pour la porte-parle de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie, Sylvie Gamache, «c’est un signe que ce service est apprécié de la population». Les écocentres n’étaient plus accessibles depuis le 25 mars, dans la foulée des fermetures imposées par la COVID-19.

Il fallait être patient pour aller porter ses matières à l’écocentre de Shawinigan, mardi. 

Confinés depuis de longues semaines, les citoyens ont eu amplement le temps de faire du ménage à la maison et de se départir de biens dont ils n’ont plus besoin, d’autant plus que c’est le printemps, donc la période du grand ménage. Quoi de mieux qu’une petite journée grise pour profiter de la réouverture du service? L’ennui, c’est qu’aux postes de déchargement, il faut respecter la distanciation sociale. Cela ralentit le nombre de personnes qui peuvent passer en même temps. Ce nombre varie d’un écocentre à l’autre, selon sa configuration et sa grandeur.

Sylvie Gamache conseille à ceux et celles qui ne voudraient pas se retrouver dans une queue interminable de véhicules d’être patients et de ne venir que si nécessaire ou d’attendre après la période de déménagement, en juin, pour profiter des semaines plus calmes, dans les écocentres. Le mois de septembre est également moins achalandé, dit-elle.

Une heure d’attente, en moyenne, était nécessaire pour accéder à l’écocentre de Trois-Rivières, mardi. 

Autre conseil, ajoute Mme Gamache, «avant de partir, regroupez vos choses. Par exemple, mettez les contenants de peinture ensemble, le bois ensemble. Ça ira plus vite lors du déchargement» et ça permettra aux autres personnes d’attendre moins longtemps à l’entrée, fait-elle valoir.

La porte-parole de la RGMRM demande aux citoyens de ne pas se présenter à l’écocentre avec leur enfants afin de mieux assurer la distanciation sociale sur le site.

Longue file d’attente, également, dans le secteur madelinois pour accéder à l’écocentre. 

Sur place, rappelle-t-elle, il n’y a pas d’aide pour décharger les matières dans les espaces réservés. Il faut donc s’assurer d’être en mesure de les sortir soi-même de son véhicule.