Les maisons de jeunes reprennent progressivement du service un peu partout à travers la Mauricie.
Les maisons de jeunes reprennent progressivement du service un peu partout à travers la Mauricie.

Réouverture progressive des maisons de jeunes de la région

TROIS-RIVIÈRES — Ayant reçu l’autorisation de reprendre leurs activités le 15 juin dernier, les maisons de jeunes de la Mauricie procèdent actuellement à la réouverture progressive de leurs services.

À l’heure actuelle, près d’une dizaine de maisons de jeunes sont de nouveau accessibles sur le territoire mauricien. Quant aux autres endroits, leur personnel travaille activement à aménager les lieux pour qu’ils soient prêts à accueillir la clientèle en toute sécurité.

Il demeure donc hautement avisé pour les visiteurs de s’informer avant de se présenter à l’une ou l’autre des maisons de jeunes, celles-ci ayant toutes des particularités propres à leur milieu.

Bien sûr, cette autorisation de reprendre les activités en présentiel est valide dans ces établissements, pour autant que les mesures de distanciation sociale mises en place par la Direction nationale de santé publique soient respectées en tout temps.

Par ailleurs, considérant leur soutien prioritaire dans la vie des adolescents, les maisons de jeunes du Québec attendaient avec impatience le feu vert du ministère de la Santé et des Services sociaux. C’est évidemment dans le plus grand soulagement que la nouvelle a été reçue au sein du Regroupement des maisons de jeunes du Québec.

«Les jeunes trouvent le temps long, veulent sortir, se retrouver, être actifs, et c’est bien compréhensible. Plus que jamais, ils et elles ont besoin d’écoute, de lien social, d’activités, mais aussi de prévention pour continuer de respecter les mesures de santé publique malgré ce déconfinement progressif», a mentionné la responsable régionale du regroupement, Vanessa B. Martina, par voie de communiqué.

Rappelons que, durant la pandémie, de nombreuses maisons de jeunes de la région avaient transformé leurs activités dans le but de continuer d’accompagner les jeunes. Des événements virtuels avaient effectivement été organisés pour que les adolescents se sentent épaulés en cette période plus difficile. Toutefois, «avec le déconfinement, le beau temps et les mois qui passent, il devenait de plus en plus difficile d’assurer un accompagnement adéquat par cette simple présence en ligne».

Au cours des prochaines semaines, les équipes de gestions des différents établissements de la région suivront étroitement les directives de la Santé publique. Elles rendront de plus en plus de services disponibles au fil du déconfinement de la société.