Le masque et la bouteille d’eau font partie des objets qu’il ne faut surtout pas oublier chaque matin.
Le masque et la bouteille d’eau font partie des objets qu’il ne faut surtout pas oublier chaque matin.

Rentrée scolaire 2020: «c’est la folie dans les écoles»

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — C’est un véritable branle-bas de combat qui a cours dans les écoles depuis quelques jours. Les consignes de dernière minute qui arrivent de Québec forcent en effet le milieu scolaire à effacer l’ardoise constamment pour s’adapter à de nouvelles directives.

Pas plus tard que jeudi, alors que les classes s’amorçaient déjà dans certaines écoles, le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge imposait une mise en pause d’un mois des sports scolaires, à moins que les élèves puissent les pratiquer avec leur bulle-classe. Tollés de protestation immédiats, puis coup de théâtre. Vendredi, le premier ministre François Legault ramène la mesure à une durée de 14 jours au lieu d’un mois «si tout se passe bien».

La consigne d’interrompre, même temporairement, les sports scolaires et des programmes comme Musique-études à l’Académie des Estacades, par exemple, a soulevé l’ire du milieu.

Les protestations se font entendre de la part du Réseau du sport étudiant et même de plusieurs athlètes et organisations sportives. Vendredi, la Fédération des établissements d’enseignement faisait elle aussi état de sa colère et de son incompréhension, car la décision met en péril, dit-elle, les activités parascolaires artistiques et culturelles au Québec et le sport scolaire qui sont pourtant tous permis dans le cadre civil et municipal.

Il y a quelques jours, le ministre de l’Éducation passait aussi dans le tordeur les cours optionnels afin de respecter, encore une fois, le fameux principe de classe-bulle auquel tient la Santé publique. Nouveaux maux de tête pour le personnel enseignant et les directions d’écoles, car il faut réaménager les horaires à la dernière minute.

Au primaire, l’école de musique Jacques-Hétu a réussi à redistribuer les enfants dans les classes en fonction du type d’instrument qu’ils vont étudier à partir de la 3e année. Les enfants n’en seront pas affectés, car il ne savaient pas encore dans quelle classe chacun aboutirait lundi, indique le directeur, Marc-André Lallemand, heureux d’avoir réussi même si ça a été beaucoup de travail de dernière minute. Claire Bisaillon, la cheffe du choeur de la Maîtrise du Cap, enseignera quant à elle le chant choral directement dans les classes. Pour l’instant, toutefois, elle ne peut réunir les élèves du primaire, du secondaire et les adultes pour les pratiques.

«C’est la folie dans les écoles», constate avec désarroi la présidente du Syndicat de l’enseignement des Vieilles-Forges, Claudia Cousin. Depuis juin, dit-elle, le milieu scolaire implorait d’avoir des journées supplémentaires de préparation, «mais le ministre a fait la sourde oreille», fulmine-t-elle.

Pour arriver à se conformer aux directives, le directeur général du Centre de services scolaire (CSS) du Chemin-du-Roy, Luc Galvani, a dû prendre une décision difficile. Dans les écoles secondaires de plus de 1000 élèves de son territoire, les élèves de 4e et 5e secondaire devront suivre certains de leurs cours à distance alors que Québec avait pourtant affirmé que les élèves seraient à l’école, cet automne, à 100 % du temps.

En discutant avec ses vis-à-vis d’autres CSS, Luc Galvani a pourtant bien tenté de trouver d’autres solutions, mais la réalité de l’espace physique pour respecter les bulles-classes l’a vite rattrapé.

Le CSS de la Riveraine annonçait récemment, sur sa page Facebook, que cette réorganisation pourrait même avoir un effet sur les choix de cours des élèves.

C’est donc au beau milieu de ce grand remue-ménage qu’une rentrée scolaire progressive s’est amorcée, le 27 août, sous le signe de la COVID-19, une rentrée unique dans l’histoire pour quelque 36 270 élèves des Centres de services scolaires du Chemin-du-Roy, de l’Énergie et de la Riveraine, incluant les écoles privées de la région (3182).

Transport scolaire

La question du transport scolaire qui, en mai, laissait craindre un sérieux enjeu, devrait se passer relativement bien, dans l’ensemble, pour les trois CSS et les écoles privées. C’est que l’imposition du port du masque pour les 10 ans et plus permet de loger 44 élèves par autobus, soit un peu plus de la moitié du nombre habituel.

Malgré cet ajustement, toutefois, le Centre de services scolaire de l’Énergie n’est pas arrivé à trouver assez d’autobus pour répondre aux besoins de toute sa clientèle. Afin de remédier à la situation, on a donc allongé la distance de marche. Alors que les élèves habitant à 1600 mètres et moins de leur école marchaient déjà pour s’y rendre, la distance est maintenant ajustée à 2000 mètres. Dans les deux autres centres de services scolaires la région, ce problème ne se pose pas pour l’instant.

Au CSS du Chemin-du-Roy, on a réussi à ajouter une dizaine d’autobus aux trajets, ce qui représente un investissement supplémentaire de 641 000 $, une somme qu’assumera le ministère, indique Luc Galvani. À elle seule, la STTR transportera 1500 élèves du CSS du Chemin-du-Roy, soit 250 de plus que l’an dernier, signale la coordonnatrice aux communications, Anne-Marie Bellerose.

Les parents qui vivent à deux adresses différentes ont toutefois dû en choisir une seule pour le transport de leur enfant. C’est la stratégie employée également au CSS de la Riveraine pour bien desservir son territoire. La distance de marche n’a, par contre, pas été changée de son côté.

Surtout ne pas oublier

Pandémie oblige, l’école démarre, cette année, avec des façons de faire différentes pour les parents, les enfants et le personnel scolaire. Dans les écoles secondaires, les services de cafétéria seront ouverts, mais pour le préscolaire et le primaire (où les cafétérias sont rarissimes), les enfants qui veulent manger chaud devront apporter leur thermos, «car les fours à micro-ondes ne seront pas en fonction pour limiter les risques de propagation du virus», explique Amélie Germain-Bergeron, coordonnatrice aux communications au CSS de l’Énergie.

L’accès aux points d’eau sera également limité dans toutes les écoles. Les enfants devront donc apporter chaque jour avec eux une ou deux bouteilles remplies d’eau. Évidemment, le masque fait aussi partie de ces objets qu’il ne faut surtout pas oublier à la maison.

Rareté de la main-d'oeuvre

Comme dans les écoles privées, les centres de services scolaires de la région espèrent qu’il n’y aura pas trop de membres du personnel mis en quarantaine à cause de la COVID-19 car, cette année encore, la rareté de la main-d’œuvre se fait sentir.

«Cette réalité est malheureusement provinciale», fait valoir Amélie Germain Bergeron du CSS de l’Énergie. La secrétaire générale du CSS de la Riveraine, Émilie Guay, souligne que «nous avons fait appel à l’ensemble de nos ressources disponibles sur les listes de priorité pour combler les postes pour la rentrée».

À Chemin-du-Roy, aux dernières nouvelles, il ne manquait qu’un enseignant pour combler toutes les tâches, a indiqué au Nouvelliste le directeur général, Luc Galvani. L’enjeu de l’embauche se situe davantage du côté des services de garde et de la surveillance du midi, dit-il. Pour tenter de remédier à la situation, le CSS du Chemin-du-Roy a tenu avec succès, il y a quelques jours, une journée carrière à laquelle plus de 700 personnes ont pris part.

En ces temps de pandémie, la mobilité du personnel demeure un enjeu. «Nos orientations demeurent les mêmes que lors de la réouverture des écoles primaires en mai, c’est-à-dire que nous allons limiter au maximum la mobilité de notre personnel dans les établissements», indique Mme Bergeron. Aucune école des CSS de l’Énergie et de la Riveraine n’avait d’ailleurs connu de cas de COVID-19 en mai et juin, après le retour du primaire en classe. Toutefois, 11 cas avaient été répertoriés dans les écoles du CSS du Chemin-du-Roy, le printemps dernier.

Émilie Guay souligne pour sa part que «nous ne pourrons éviter complètement le déplacement du personnel. Selon nos discussions avec la Santé publique, il n’y a pas de contre-indication à la mobilité du personnel tant que les règles sont respectées: lavage de mains, port du masque de procédure, distanciation de 2 mètres et s’assurer de tenir une liste à jour des déplacements du personnel pour assurer un suivi en cas de COVID en milieu scolaire», dit-elle.

Le CSS du Chemin-du-Roy rappelle que chaque employé doit aussi remplir un questionnaire de santé chaque jour.

Formation aux adultes

Du côté de la formation aux adultes et de la formation professionnelle, aucune des trois commissions scolaires n’a dû annuler de cours en raison de la COVID-19. Au Centre de services scolaire de la Riveraine, seul le DEP en réalisation d’aménagements paysager n’est pas à l’horaire cette année en raison d’un manque d’inscriptions et non de la pandémie.

Dans les CSS et les écoles privées de la région, seulement 31 élèves au total ont demandé l’exemption de présence en classe en raison de leur état de santé ou de celle d’un proche.

***

Ce qu’il y a de différent, cette année...

  • Les activités parascolaires artistiques et culturelles de même que le sport scolaire ont été mis en pause jusqu’au 14 septembre.
  • Au préscolaire et au primaire, les enfants doivent apporter leur dîner froid ou en thermos, car les fours à micro-ondes ne seront pas accessibles. Les cafétérias seront ouvertes pour le secondaire.
  • L’accès aux points d’eau sera très limité à l’école. Les enfants doivent chaque jour apporter une bouteille d’eau réutilisable pleine, voire deux.
  • Tous les élèves devront porter le masque dans toutes les aires communes de l’école. Idéalement, on conseille deux masques par élève. Les parents ont la responsabilité de les fournir. La même chose s’applique dans les autobus.
  • On peut enlever le masque lorsqu’on est assis à son pupitre.
  • À partir de la 5e année, le masque est obligatoire à la cafétéria lorsque des élèves de groupes-classes différents sont présents.
  • Pour les cours de sport, le masque n’est pas obligatoire une fois les jeunes arrivés dans le gymnase.
  • Pas besoin de porter le masque lorsqu’on est assis dans un auditorium à une distance de 1,5 mètre des autres.
  • Les élèves devront garder une distance d’un mètre avec ceux qui ne font pas partie de leur groupe-classe.
  • Le Club des petits déjeuners offrira des déjeuners directement dans les classes participantes. Il n’y aura donc plus de déjeuners chauds.
  • Les visiteurs à l’école doivent porter un masque en tout temps et partout.

***

Fréquentation des écoles

Centre de services scolaire du Chemin-du-Roy
Préscolaire 4 ans: (276) 382
Préscolaire 5 ans: (1429) 1456
Primaire: (9062) 9098
Secondaire: (6293) 6704
Nombre d’élèves exemptés: 14
Total: (17060) 17 640

Centre de services scolaire de l’Énergie
Maternelle 4 ans: (155) 213
Maternelle 5 ans: (863) 785
Primaire: (4803) 4915
Secondaire: (3368) 3486
Nombre d’élèves exemptés: 8
Total: (9189) 9399

Centre de services scolaire de la Riveraine
Maternelle 4 ans: (54) 74
Maternelle 5 ans: (485) 470
Primaire: (2770) 2825
Secondaire: (1749) 1796
Nombre d’élèves exemptés: 3
Total: (5058) 5165

CS Central Québec
École primaire anglophone de la Mauricie : (352) 346
École secondaire de Shawinigan: (222) 236
Académie de Trois-Rivières: (143) 147
École secondaire de La Tuque: (150) 155
Nombre d’élèves exemptés: 0
Total: (867) 884

Collège Marie-de-l’Incarnation
Maternelle 4 ans: (n/d) 13
Maternelle 5 ans: (40) 40
Primaire: (350) 350
Secondaire: (160) 155
Nombre d’élèves exemptés: 0
Total: (550) 558

Séminaire Saint-Joseph
Secondaire: (760) 760
Nombre d’élèves exemptés: 0

École Val-Marie
Préscolaire: (47) 65
Primaire: (333) 310
Nombre d’élèves exemptés: 0
Total: (380) 375

Institut secondaire Keranna
Secondaire: (655) 691
Nombre d’élèves exemptés: 3

Séminaire Sainte-Marie
Secondaire: (190) 210
Nombre d’élèves exemptés: 0

Collège Notre-Dame-de-l’Assomption
Secondaire: (323) 303
Nombre d’élèves exemptés: 2

École Vision
Préscolaire: (46) 60
Primaire: (230) 225
Nombre d’élèves exemptés: 1
Total: (276) 285

(Veuillez noter que ces chiffres sont appelés à fluctuer légèrement au cours du mois de septembre. Les nombres entre parenthèses représentent les données de l’an dernier.)