La course du cochon graissé à Sainte-Perpétue au coeur d'une controverse.

Renforcement de la sécurité à prévoir

La récente controverse qui a suivi les propos de l'ancien hockeyeur Georges Laraque au sujet du Festival du cochon de Sainte-Perpétue et de sa course du cochon graissé a tellement créé de remous que l'organisation redoute qu'une manifestation pourrait avoir lieu durant l'événement. Les forces de l'ordre pourraient ainsi être plus nombreuses dans la municipalité centricoise du 30 juillet au 3 août.
Au fil des ans, les groupes environnementaux et de protection des animaux ont fréquemment procédé à des coups d'éclat afin de dénoncer des situations qu'ils considéraient inacceptables. Le Festival et la Municipalité ont ainsi étudié la possibilité qu'un tel événement se produise.
«Nous avons demandé au comité de sécurité d'en tenir compte. Il y aura une augmentation des forces de la Sûreté du Québec. Le service de sécurité du Festival s'occupera de ce qui se passera sur le site, selon l'ampleur et le nombre de festivaliers», explique la mairesse de Sainte-Perpétue, Line Théroux.
Habituellement, les policiers se déplacent dans la municipalité tard en soirée afin de ramener à l'ordre quelques spectateurs éméchés. Leur présence devrait être plus fréquente et plus tôt en journée cette année, afin d'éviter tout débordement qui, pour une fois, n'aurait pas de lien avec l'alcool.
«C'est sûr que c'est dur à dire parce qu'on ne sait jamais ce qui pourrait se passer. Nous nous sommes préparés en conséquence et nous avons envisagé toutes les possibilités», indique le coordonnateur des communications de l'événement, Samuel Beauchemin.
La controverse pourrait aussi avoir intéressé les inspecteurs du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ), qui pourraient vérifier si les animaux sont traités de façon appropriée lors des courses de cochons graissés. Au MAPAQ, on refuse de dévoiler si le Festival sera visé par une enquête, les visites ayant un caractère aléatoire.
Une pétition de 18 000 noms
Sur le web, plusieurs personnes continuent de démontrer leur désaccord quant à la tenue de la course du cochon graissé, qui en est pourtant à son 37e anniversaire. Un groupe originaire de la Colombie-Britannique, Canadiens pour un traitement éthique des animaux (CETFA), a lancé une pétition en ligne le 3 juillet dernier à la suite des sorties de Georges Laraque et de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Montréal, demandant que la localité cesse d'appuyer l'événement. Jusqu'à présent, 18 000 signatures ont été enregistrées sur le site change.org, mais il a été impossible de savoir s'il s'agit de personnes uniques, CEFTA n'ayant pas donné suite à notre demande d'entrevue.
La mairesse de Sainte-Perpétue ainsi que les conseillers municipaux étaient bien au fait de l'existence de cette pétition, puisqu'un courriel leur est acheminé lorsqu'un internaute appose sa signature virtuelle sur celle-ci.
«Au début, le matin, ça entrait à coup de 50 courriels. Mais aujourd'hui, c'est plutôt de trois à quatre par jour. C'est habituellement le même message, mais parfois, des gens prennent la peine de nous écrire. Je vous dirais que ce sont surtout des gens de Montréal, pas de Saint-Brigitte-des-Saults par exemple», note Mme Théroux.
La Municipalité n'a toutefois pas l'intention de donner raison aux plaignants.
«Absolument pas. Nous allons continuer de subventionner le Centre de loisirs et sports [NDLR: lieu où se déroule le Festival]. Je siège moi-même sur le conseil d'administration et je sais ce qui s'y passe. Nous avons toujours tout fait pour assurer la sécurité des animaux et notre baril est matelassé», rappelle-t-elle.
Au MAPAQ, une trentaine de personnes avaient signifié leur désaccord par rapport à la course du cochon graissé il y a deux semaines, 27 de plus que l'année dernière. Puisque l'événement n'a pas encore eu lieu, ces témoignages ne sont pas considérés comme des plaintes par le ministère.