L’édition 2019 du Rendez-vous des coureurs des bois se déroulait au parc Antoine-Gauthier du secteur Pointe-du-Lac les 26, 27 et 28 juillet.

Rendez-vous des coureurs des bois: un 20e anniversaire réussi

TROIS-RIVIÈRES — Le parc Antoine-Gauthier de Trois-Rivières a été plongé au cœur de la réalité des 18e et 19e siècles ce week-end alors que s’est tenue la vingtième édition du Rendez-vous des coureurs des bois.

Chez le comité organisateur, c’est unanime. C’est un vingtième anniversaire couronné de succès pour le Rendez-vous qui a accueilli une foule record. «Nous estimons avoir reçu quelque 7000 spectateurs, ce qui n’était jamais arrivé auparavant. De plus, nous avons pu atteindre notre objectif principal, c’est-à-dire de permettre aux gens de se plonger dans l’univers de la Nouvelle-France et d’en apprendre plus sur leurs ancêtres. Nous sommes très contents de cette édition», explique le président de l’événement, Marc Ducharme. Le crieur public de l’événement, Jean-Philippe Marcotte, souligne pour sa part que chacune des personnes se trouvant sur le site affichait un large sourire et rendait l’ambiance très festive à l’intérieur du site.

Une programmation variée

Plusieurs nouveautés offertes aux visiteurs cette année à l’occasion des noces de porcelaine de l’événement ont pu contribuer à faire de cette édition un succès. Parmi ces éléments nouveaux, on retrouve la prestation musicale de la formation Les Murènes, qui a pris d’assaut le parc Antoine-Gauthier avec ses chants marins de l’âge d’or de la piraterie. L’incontournable reconstitution de bataille du dimanche a elle aussi connu quelques changements cette année alors qu’elle a nettement grossi et a pris place sur un terrain plus grand que celui des années antérieures. Enfin, nouvellement cette année, même le centre-ville de Trois-Rivières s’est imprégné de la culture d’antan grâce à la tenue d’une parade de personnages d’époque.

Les visiteurs présents ont pu vivre une immersion totale au cœur de la vie quotidienne des 18e et 19e siècles.

C’est d’ailleurs cette même parade qui a donné le coup d’envoi de l’événement, vendredi soir. Par la suite, l’action s’est transportée pour le reste de la fin de semaine au parc Antoine-Gauthier. On y a présenté un grand banquet d’époque pour lancer officiellement les festivités de ce vingtième anniversaire. Lors des deux autres jours, activités de reconstitution, ateliers d’informations sur les mœurs de l’époque, chants et danses traditionnelles ainsi que contes et légendes d’autrefois se sont enchaînés pour garantir à la foule présente un moment de festivités digne de ceux qui étaient vécus il y a de cela quelques centaines d’années. De plus, les plus affamés d’entre les visiteurs ont pu combler de joie leur estomac grâce à des mets traditionnels qui ont été servis tels que le hot-dog au wapiti, les fèves au lard et plusieurs autres.

L’attraction principale de la dernière journée était évidemment la reconstitution de bataille historique mettant en scène les Britanniques et les Français. Au cours de cette simulation de conflit, la foule a pu apprendre une panoplie de détails sur les différents équipements et principes qui étaient utilisés lors des combats pendant que des acteurs reproduisaient avec précision les cris et les tactiques de guerre appartenant à cette époque lointaine. Une fois le camp gagnant déterminé, les reconstituteurs ont quitté le champ de bataille à la manière de l’époque sous des applaudissements nourris de spectateurs impressionnés.

Un patrimoine essentiel

Selon le crieur public du Rendez-vous, la tenue d’une telle célébration est primordiale pour la région. «Il s’agit d’un des rares événements historiques présentés à Trois-Rivières. Les visiteurs ont la chance non seulement d’y voir la façon dont les gens vivaient autrefois, mais également de ressentir ce qui se passait réellement dans les villages et sur les champs de bataille. Il y a même plusieurs familles qui viennent apprendre l’histoire de leurs ancêtres et constater tous les changements qui sont survenus ici depuis cette époque où tout le monde n’avait d’autre choix que de déployer de grands efforts pour arriver à survivre. C’est un patrimoine qui est extrêmement important, car c’est en regardant d’où l’on vient que nous savons où l’on va.»

Une grande équipe motivée

En plus de la cinquantaine de bénévoles qui ont grandement contribué au bon déroulement des activités, une centaine de personnages représentant les nations britannique, française et autochtone se sont installés au parc Antoine-Gauthier tout le week-end pour prendre part aux célébrations. Selon le crieur public, ces personnages ont tous apprécié leur expérience durant cette édition. «Je lève mon chapeau à l’organisation pour l’accueil qui a été offert aux reconstituteurs. Tout a été mis en œuvre pour leur permettre de garder un bon souvenir du Rendez-vous. À titre d’exemple, avant les batailles, ils ont pu se rendre au Moulin seigneurial de Pointe-du-Lac et se livrer à leur loisir entre passionnés, et ce, à l’abri des regards d’autrui. C’est une attention portée envers eux qu’ils ont extrêmement appréciée parce que ce n’est pas dans tous les événements historiques qu’ils ont la chance de vivre cela.»

C’est donc une bataille remportée pour le Rendez-vous des coureurs des bois, dont l’équipe d’organisation promet de tout orchestrer pour permettre le retour des festivités l’an prochain. «Nous ne pouvons rien confirmer, mais il est certain que nous en avons la volonté», conclut le président.