Marilène Ménard, présidente du comité

Rencontre avec le ministre sollicitée

Notre-Dame-du-Mont-Carmel — Le Comité de mobilisation pour l’agrandissement de l’école Notre-Dame veut avoir une rencontre avec le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, et lui faire part en personne de la nécessité d’agrandir l’espace scolaire pour y accueillir éventuellement une centaine d’enfants de plus.

Il y a une semaine, après avoir invité la population à venir bâtir un fort de neige symbolisant l’agrandissement souhaité de l’école, le comité a lancé une pétition qui sera remise au député Pierre Giguère afin qu’elle soit déposée à l’Assemblée nationale.

La présidente du Comité, Marilène Ménard, indique que la pétition a été déposée dans divers endroits stratégiques de la municipalité. Le comité espère recueillir rapidement au moins 3000 signatures. La municipalité compte un peu moins de 6000 habitants.

«C’est une façon pour nous de démontrer que c’est toute une population qui se mobilise pour pouvoir obtenir l’agrandissement de l’école», fait-elle valoir.

Puisque la ministre Julie Boulet a été récemment choisie pour représenter son parti aux prochaines élections dans la future circonscription fusionnée de Laviolette-Saint-Maurice, où se situe Notre-Dame-du-Mont-Carmel, le comité aimerait bien que cette dernière se mêle aussi du dossier. «On continue de travailler avec M. Giguère, mais on n’est pas fermé à ce que des gens influents nous tendent la main pour faire cheminer le dossier», laisse entendre Mme Ménard. «Ce qu’on veut, c’est obtenir l’agrandissement de l’école», plaide-t-elle.

Il n’est pas exclu que le porte-à-porte soit éventuellement utilisé aussi pour faire avancer le dossier, dit-elle.

Beaucoup d’annonces pour l’amélioration des infrastructures scolaires ont récemment été faites par le gouvernement. Les constructions et agrandissements d’écoles seront toutefois annoncés plus tard. «C’est une autre enveloppe, mais on sait que les décisions vont se prendre au printemps», indique Mme Ménard qui voudrait, avec son comité, profiter de la conjoncture favorable pour faire avancer sa revendication. «On veut jouer le tout pour le tout», dit-elle.

«Dans les dernières communications que M. Proulx a eues avec les médias, il disait que la mobilisation était un élément important», rappelle-t-elle.

«Ne pas agrandir l’école, ça a un impact sur toute une communauté», plaide-t-elle. «Penser que des enfants pourraient être envoyés ailleurs, ça a un impact sur toute la communauté.»

«On a rencontré des commerces pour leur demander si c’est important pour eux d’appuyer notre demande et tout le monde est unanime que ça a un impact», indique la présidente. «On veut démontrer que ce n’est pas juste le groupe de parents du comité qui veut l’agrandissement. On veut envoyer un message clair que nos enfants vont rester dans notre communauté», dit-elle.

L’école compte présentement quelque 430 élèves, mais la Commission scolaire de l’Énergie souhaite l’ajout de huit classes de 25 élèves.

«Il y a un beau potentiel de développement résidentiel ici», rappelle Mme Ménard.