Près de 70 personnes ont assisté à la rencontre d’information au sujet du DEP en mécanique automobile dont les participants sont rémunérés. Les concessionnaires participant à ce programme d’études étaient sur place pour les rencontrer.

Rémunérés pour devenir mécaniciens

TROIS-RIVIÈRES — Que diriez-vous d’être rémunéré durant vos études? À l’heure où les concessionnaires automobiles de la région peinent à recruter des mécaniciens, une première cohorte d’étudiants en mécanique automobile aura la chance d’être rémunérée durant sa formation professionnelle. En plus de faciliter le recrutement pour l’industrie, ce programme du centre de formation Qualitech devrait favoriser la persévérance scolaire.

Un peu plus de 70 personnes intéressées à prendre part à ce programme d’études qui débutera en août prochain ont assisté mercredi à une soirée d’information. En plus d’en apprendre davantage sur le programme, ces candidats potentiels ont pu rencontrer les représentants des 21 concessionnaires participant au projet.

D’une durée de 1800 heures, cette formation atteindra les mêmes objectifs que le DEP en mécanique automobile habituel. Seule différence, les élèves suivront leur formation pratique en entreprise et seront rémunérés 12,50 $ de l’heure pour tout le temps passé en classe et en atelier.. C’est donc dire que les 21 ou 22 élèves de la formation — le nombre exact de candidats retenus est à déterminer — recevront chacun près de 22 500 $ durant ses deux années de formation.

Offert par le Centre de formation professionnelle Qualitech, ce programme a été concocté avec le Comité paritaire de l’industrie de l’automobile de la Mauricie en partenariat avec la Commission scolaire du Chemin-du-Roy et la Corporation des concessionnaires d’automobiles de la Mauricie. La réalisation de cette formation a toutefois été rendue possible grâce à une subvention de 419 000 $ de la Commission des partenaires du marché du travail. Ce montant couvre deux tiers du coût de la formation des participants. Le reste est défrayé par les concessionnaires participants.

«Il y a un criant besoin en main-d’œuvre», lance d’emblée Jean Asselin, directeur général de la Corporation des concessionnaires d’automobiles de la Mauricie.

«Les concessionnaires ont approché Qualitech pour développer un programme pour assurer de la relève. [...] Nous avons décidé en Mauricie d’adopter une approche différente en formant les étudiants directement avec les outils que nous avons en entreprise.»

Les candidats à ce DEP pourront lors des périodes de congé scolaire, comme durant l’été, continuer de travailler pour les concessionnaires. Il s’agit pour les élèves d’une belle occasion d’obtenir un emploi d’été rattaché à leur domaine d’études.

Cette rémunération offerte aux candidats du DEP en mécanique automobile permettra de favoriser la persévérance scolaire. En effet, la directrice adjointe de Qualitech, Luce Doucet, indique que le manque d’argent est la principale raison évoquée pour l’abandon des études.

«On sait aussi qu’il y a des personnes qui sont déjà sur le marché du travail, mais qui aimeraient changer de domaine ou trouver un métier qui les passionne. Mais ils ont des enfants, une hypothèque ou une famille. Ils pourront alors faire le saut et se consacrer entièrement à leurs études», indique Mme Doucet. «Et nous avons beaucoup d’élèves qui doivent abandonner, car ils doivent consacrer de grandes heures à un travail. La persévérance scolaire est vraiment un des grands objectifs de ce projet.»

Tout juste diplômé du DEP en mécanique automobile à Qualitech, Nicolas Paul a eu la chance d’avoir un soutien financier du Centre local d’emploi lors de ses études. Celui qui vient de décrocher la médaille d’argent aux Olympiades des métiers en mécanique automobile estime qu’il n’aurait pu consacrer autant de temps et d’énergie dans ses études s’il n’avait pas ce soutien financier.

«Ça fait absolument une différence. On peut se consacrer à 100 % sur nos études. On n’est pas épuisé à la fin de la semaine et on n’est pas obligé de travailler 7 jours sur 7», témoigne-t-il.

Même si ce programme de formation n’est pas encore commencé, plusieurs personnes qui ont assisté mercredi à la soirée d’information ont demandé à la direction de Qualitech s’il allait être reconduit pour une deuxième cohorte. Luce Doucet et Jean Asselin n’avaient pas la réponse à cette question. Une chose est certaine, une analyse sera effectuée pour déterminer si une deuxième cohorte ira de l’avant.

«On envisage de reconduire ce programme. Mais il y a aussi de l’intérêt dans le domaine de la carrosserie automobile», précise Mme Doucet, consciente que le DEP en mécanique automobile sera assurément observé par d’autres commissions scolaires.