La Commission scolaire du Chemin-du-Roy n'est pas encore en mesure de se prononcer sur l'avenir de l'école Marie-Immaculée.

Relocalisation de l'école Marie-Immaculée: une aide financière attendue

La Commission scolaire du Chemin-du-Roy fera prochainement une demande d'allocation pour location d'immeuble auprès de la Direction de l'expertise et du développement des infrastructures du ministère de l'Éducation afin d'obtenir une aide financière en lien avec l'école Marie-Immaculée de Maskinongé.
On se rappellera que la Commission scolaire avait agi rapidement, en févier dernier, pour déplacer 76 élèves de maternelle à troisième année après la découverte de fissures dans la structure de l'école en question.
Étant donné l'âge des enfants et l'urgence d'agir, c'est le Centre communautaire de Maskinongé qui est devenu le meilleur endroit où loger les classes.
Or, la Commission scolaire doit verser 3141,25 $ de loyer par mois à l'organisme sans but lucratif Centre communautaire de Maskinongé inc. alors qu'il en aurait coûté entre 4800 $ et 9600 $ pour toute l'année en transport si la décision avait été prise de disperser les enfants dans d'autres écoles de la région.
À ce sujet, la Commission scolaire tient à défendre sa décision. Le président, Claude Lessard, explique que si les enfants avaient été répartis dans d'autres écoles, il aurait fallu faire des travaux dans les écoles de Saint-Justin et de Louiseville pour pouvoir les accueillir, ce qui aurait occasionné aussi des dépenses importantes.
«Et puis, il fallait agir rapidement», rappelle-t-il. «C'était la solution la plus rapide pour ne pas déloger les enfants de leur milieu», plaide le président.
La Commission scolaire ne sait pas encore combien elle pourra recevoir d'aide financière de Québec pour payer ce loyer mensuel. Claude Lessard tient toutefois à se faire rassurant en indiquant qu'au «bout de la ligne, ça ne coûtera pas plus cher à la population».
M. Lessard indique que les choix faits par la Commission scolaire ne peuvent pas toujours être budgétaires et qu'il faut prendre en considération que les enfants dont il est question sont très jeunes.
Rappelons qu'il y a quelques jours, la Commission scolaire avait réuni les parents pour leur signifier que leurs enfants termineraient leur année scolaire 2017-2018 au Centre communautaire de Maskinongé.
La Commission scolaire avait alors indiqué qu'elle ne possédait pas encore toutes les informations nécessaires pour décider de l'avenir du bâtiment construit en 1952 et qui fait l'objet d'analyses par des ingénieurs, notamment pour déterminer la nature du sol et l'état de la structure et des fondations de cette école.
La Commission espère obtenir le rapport d'expertise final en novembre afin de pouvoir prendre une décision avant le congé des Fêtes.
En cas de condamnation de l'école Marie-Immaculée, la Commission scolaire envisagerait l'agrandissement de l'école Saint-Joseph, à Maskinongé, la priorité étant de garder les enfants dans leur municipalité.