Pierre-David Tremblay veut un meilleur service d’Hydro-Québec en Haute-Mauricie.

Relation sous tension entre Hydro-Québec et La Tuque

LA TUQUE — Hydro-Québec a entendu les inquiétudes des élus de La Tuque concernant l’interruption de service de 14 heures planifiée à Parent le 6 août. Une équipe de gestionnaires s’est rendue sur place, mercredi après-midi, afin d’identifier les besoins spécifiques pour cette journée. Un petit gain pour le maire de La Tuque qui refuse de crier victoire, il a d’autres priorités sur sa liste. D’ailleurs, la société d’État n’apprécie guère de l’apprendre via les médias.

«On demande ça depuis vendredi, alors oui, on est content qu’ils se déplacent enfin pour trouver des solutions pour les besoins essentiels de notre population à Parent. Ils doivent augmenter le lien de confiance avec eux, qu’ils trouvent des solutions avec eux et qu’ils nous permettent de ne pas perdre l’économie actuelle, la santé, la sécurité, l’hygiène…», a lancé d’entrée de jeu, Pierre-David Tremblay, maire de La Tuque.

En début de semaine, après sa sortie publique, le maire de La Tuque a envoyé une lettre de trois pages, dont Le Nouvelliste a obtenu copie, adressée au PDG d’Hydro-Québec, Éric Martel. Une lettre dans laquelle il fait état de la situation à Parent et des impacts des interruptions et de la fluctuation d’électricité. Il déplore ne pas avoir été mis au courant officiellement de l’interruption planifiée.

«Hydro-Québec est une entreprise de grande renommée qui génère des centaines de millions de dollars en profits chaque année. Avec la qualité de professionnels que vous avez à votre service, c’est impossible que vous ne soyez pas capable de trouver une solution pour éviter un tel désagrément à ces gens-là. Arrêter de confier le mandat à votre équipe de relations avec le milieu de nous faire avaler des couleuvres, ça ne passe plus. Envoyer vos techniciens sur le terrain, directement à Parent, pour comprendre la situation. Prenez vos responsabilités», peut-on lire dans la lettre.

Le maire a également profité du moment pour mettre en lumière d’autres «problèmes» vécus sur le territoire de La Tuque. Il dénonce, entre autres, la présence d’une seule équipe de monteurs de ligne dans sa municipalité. «Est-ce suffisant pour couvrir 30 000 km2? Assurément non. Sans compter que ces deux gars ne sont pas remplacés durant leurs vacances», déplore Pierre-David Tremblay.

Hydro-Québec a confirmé qu’une équipe de gestionnaires s’est rendue à Parent, mercredi, pour faire suite à des échanges avec le maire de La Tuque le 31 juillet.

«Nous avons demandé à la Ville de La Tuque de nous fournir les adresses des bâtiments qu’ils jugent prioritaires à Parent pour que nous puissions assurer une alimentation par génératrice pour répondre à la demande de la ville. Celle-ci a refusé de collaborer et nous a plutôt indiqué que nous devions nous déplacer nous-mêmes pour identifier les besoins des citoyens de Parent», a souligné Lucie Roy, conseillère en relation avec le milieu pour Hydro-Québec.

Il n’y aura toutefois pas de rencontre avec les citoyens. L’équipe s’est déplacée pour identifier les besoins d’alimentation prioritaire pendant l’interruption planifiée.

«Nous aurions souhaité que le maire y soit également puisque nous répondons à sa demande», a fait savoir Mme Roy.

Cette dernière a également fait savoir que la société d’État était toujours en attente d’une réponse de Ville de La Tuque pour une rencontre.

«Nous tendons une fois plus la main pour qu’une rencontre avec la Ville ait lieu à la fin août, en présence notamment du maire et des représentants techniques d’Hydro-Québec», a indiqué Mme Roy.

Elle ajoute que des démarches sont déjà en cours du côté d’Hydro-Québec pour faire le point sur les interruptions qui touchent les secteurs de Parent et de La Croche et pour identifier des pistes d’amélioration pour garantir un service de qualité.

Hydro-Québec déplore toutefois d’apprendre les préoccupations du maire de La Tuque via les médias et préféré les apprendre directement et l’invite personnellement à le faire.

«Il est primordial de se parler pour en venir à une compréhension commune et trouver des solutions aux situations problématiques. Les bonnes relations passent par la disponibilité et l’ouverture. Nous sommes un acteur très présent et actif en Haute-Mauricie, à ce titre, nous avons toujours été ouverts et disponibles pour échanger avec la Ville de La Tuque et le milieu, nous le sommes encore et nous le demeurerons. Comme nous le faisons avec toutes les municipalités au Québec d’ailleurs. Le canal de communication doit demeurer ouvert entre nous», a conclu Mme Roy.