La ministre Mélanie Joly.
La ministre Mélanie Joly.

Relance économique: Mélanie Joly impressionnée par les efforts de Trois-Rivières

Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — La ministre fédérale du Développement économique et des Langues officielles, Mélanie Joly, a récemment entamé une tournée téléphonique de la région de la Mauricie afin de s’enquérir de la relance économique des différentes municipalités et de faire connaître les programmes d’aide fédéraux de Développement économique Canada (DEC).

Une tournée qui lui a notamment permis de constater à quel point le comité de relance économique formé par différents acteurs trifluviens et piloté par Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières faisait preuve de dynamisme. La ministre n’a d’ailleurs pas hésité à vanter le travail du comité, dont le niveau de préparation ferait actuellement école au Canada.

«J’étais surprise du niveau de réflexion. C’était la première fois de tous les appels que j’ai eus au pays qu’un comité de relance économique était aussi avancé dans ses réflexions et dans ses recommandations. J’ai été très impressionnée. Il y a plusieurs municipalités qui sont en plein dans le développement de leur comité de relance. Bonne nouvelle. Mais ce comité a été créé depuis un certain temps, et étant donné que ça fait un certain temps, les discussions ont eu lieu et les grandes orientations étaient déjà connues et j’ai trouvé ça vraiment intéressant», indique Mélanie Joly.

Des éloges qui n’ont pas été sans satisfaire le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, qui siège sur ce comité au même titre que seize personnes de tous les milieux. «Pour le groupe entier, ça fait du bien de l’entendre», mentionne M. Lamarche, qui rappelle que le comité en est déjà à plus d’une vingtaine de rencontres de travail en moins d’un mois, et que plusieurs démarches ont été faites, que ce soit dans la sollicitation d’avis extérieurs, de répertorier des outils de relance et de valider différents scénarios envisagés.

Le programme proposé par DEC consiste en une enveloppe de 211 M$ destinée au Québec afin de soutenir les PME qui, actuellement, ne cadrent pas dans les programmes de subventions salariales ni celui permettant un prêt de 40 000 $ aux entreprises.

«Je voulais avoir l’occasion de parler à différents maires de toute la région de la Mauricie. On veut soutenir les entreprises qui sont en mode survie et les entendre sur ce qu’ils ont en tête pour la relance économique. Il y a certaines entreprises qui tombaient encore entre les craques (des différents programmes), et c’est pour ça qu’il y a du financement de DEC. Des entreprises qui sont saisonnières, qui vivent notamment dans le secteur du tourisme, ça va les aider énormément, car plusieurs de ces compagnies se posent la question à savoir s’ils ouvrent ou non cet été. Le fait d’avoir accès à du financement, ça calme les choses», est d’avis Mélanie Joly, qui a notamment pu s’entretenir avec les propriétaires de la pourvoirie La Seigneurie du Triton, qui pourront avoir accès à de l’aide financière dans le cadre de ce programme.

«L’objectif est de faire en sorte que si une entreprise n’a pas accès à la subvention salariale, n’a pas accès au prêt de 40 000 $, elle peut venir voir DEC. À ce moment-là, on va lui offrir autant des prêts que des subventions. Aussi, pour certaines entreprises stratégiques, qui sont clés dans leur secteur, on peut ajouter au prêt de 40 000 $.»

La ministre souhaite davantage soutenir les PME qui approvisionnent les grandes entreprises. «On sera là pour soutenir toutes les entreprises de la chaîne d’approvisionnement qui vont desservir les grandes entreprises. On se pose beaucoup de questions sur nos chaînes d’approvisionnement, comment axer plus local, soutenir davantage nos entreprises d’ici. C’est pour ça que l’argent de DEC est super important. Et c’est aussi pour ça que je voulais parler avec le comité de relance parce qu’il faut absolument protéger nos forces et protéger nos entreprises, pour protéger les gens et les emplois», ajoute-t-elle.

Le maire de Trois-Rivières a salué l’ouverture manifestée par la ministre sur les différents scénarios proposés. «Ce que je retiens, c’est cette ouverture aux projets, cette volonté qu’on puisse personnaliser l’approche. Ce qu’on vit, c’est sans précédent, et c’est important de faire preuve de souplesse, ça fait partie des éléments d’une relance économique», mentionne M. Lamarche.