Les élus de Saint-Barnabé doivent à nouveau se prononcer sur le projet de régie de sécurité incendie de la MRC Maskinongé.
Les élus de Saint-Barnabé doivent à nouveau se prononcer sur le projet de régie de sécurité incendie de la MRC Maskinongé.

Régie d’incendie dans Maskinongé: rien n’est joué à Saint-Barnabé

SAINT-BARNABÉ — Le projet de régie de sécurité incendie de la MRC de Maskinongé pourrait bien finalement compter sur la participation de Saint-Barnabé. La décision du conseil municipal a été reportée d’un mois, permettant au maire Michel Lemay de convaincre les conseillers opposés de l’importance d’une telle régie pour la sécurité de la population.

En avril dernier, le conseil municipal avait pourtant rejeté, à trois élus contre deux, l’idée que Saint-Barnabé se joigne au projet de régie de sécurité incendie de la MRC de Maskinongé. Or, le maire est revenu à la charge lundi et il a été convenu que la prise de décision était reportée à l’assemblée du mois d’août.

«Les personnes qui étaient réticentes à ce qu’on joigne le regroupement semblaient sur les mêmes positions, sauf qu’il y a eu une demande de la conseillère Geneviève Saint-Louis de reporter à la prochaine assemblée publique du conseil», mentionne le maire de la municipalité, Michel Lemay.

Le maire de Saint-Barnabé, Michel Lemay.

«Elle souhaitait avoir plus d’informations. Elle n’était pas présente lors du premier vote.»

Les différends entre le maire de Saint-Barnabé et les membres du conseil municipal seraient à l’origine, estime Michel Lemay, de l’opposition au projet de régie de sécurité incendie de la MRC de Maskinongé. Pourtant, le service de sécurité incendie de la municipalité réussit mal à répondre à sa mission en raison de manque d’effectifs.

«Présentement, on a des problèmes majeurs avec le service incendie», affirme le maire de Saint-Barnabé qui évoque même la possibilité de demander de l’aide du ministère des Affaires municipales du Québec.

«On a des responsabilités comme municipalité. On va regarder ce qu’on peut faire avec le ministère. Ce n’est pas des considérations personnelles qui doivent dominer, mais bien la sécurité de la communauté.»

Rappelons que huit municipalités de la MRC de Maskinongé se sont déjà montrées intéressées par le projet de regroupement des services de sécurité incendie. Malgré son retrait en avril, Saint-Barnabé était parmi les premières municipalités à embarquer dans l’aventure proposée par le maire Robert Landry de Saint-Étienne-des-Grès.