Un premier autobus hybride a commencé à circuler à Shawinigan lundi.
Un premier autobus hybride a commencé à circuler à Shawinigan lundi.

Régie de transport en commun de Shawinigan: les effets de la Covid-19 se font sentir

Guy Veillette
Guy Veillette
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — Au moment où l’arrivée des autobus hybrides devait donner un nouvel élan à la Régie de transport en commun de Shawinigan, le coronavirus contrecarre ses plans en incitant la population à réduire ses déplacements au strict nécessaire. Deux semaines après le déclenchement d’une série de mesures par le gouvernement du Québec, les effets se font déjà sentir dans les autobus.

Jean-Yves Tremblay, conseiller du district des Hêtres et président de la RTCS, observe une très forte diminution de l’achalandage.

«On voit beaucoup, beaucoup moins de personnes prendre l’autobus», commente-t-il. «Je dirais que ça a presque baissé des deux tiers. C’est normal: le cégep est fermé et avec ce qui a été annoncé pour les centres commerciaux, il n’y aura plus grand-monde.»

«Nous voyons aussi beaucoup moins de monde en transport adapté», fait remarquer M. Tremblay. «Les gens ne sortent pas. C’est vraiment spécial.»

Jeudi, la RTCS a annoncé qu’à compter du 1er avril, les transports adapté et régulier seront offerts gratuitement, jusqu’à nouvel ordre. De plus, le transport adapté sera réservé à des fins médicales, en semaine seulement. Quant au transport régulier, seul le circuit 1 demeurera disponible en semaine, avec un horaire bonifié aux 30 minutes. Aucun changement n’est prévu la fin de semaine. Des mesures spéciales seront prises pour favoriser la distanciation physique dans les véhicules.

L’alerte à la COVID-19 fausse les données pour peaufiner la nouvelle desserte tant attendue à Shawinigan. M. Tremblay reçoit des rapports réguliers sur la fréquentation, mais le contexte des derniers jours altère le portrait.

«Bien franchement, avant la fin du coronavirus, on ne pourra rien mettre en marche», prévoit M. Tremblay. «Nous sommes arrêtés par les événements.»

La RTCS souhaite toujours mettre ses nouveaux circuits et ses horaires en application en août au plus tard, à temps pour la rentrée collégiale.

Tout ce branle-bas n’empêche toutefois pas la RTCS de marquer une étape importante de son plan de développement, avec la mise en service de ses autobus hybrides commandés l’an dernier par le nouvel exploitant, Autobus Fleur de lys.

Ils circulent progressivement dans les rues de Shawinigan depuis cette semaine. La RTCS compte maintenant quatre autobus hybrides dans sa flotte.

Au fur et à mesure que ces nouveaux véhicules prennent leur place, ils permettent le retrait des autocars qui étaient utilisés comme autobus d’appoint et dont les frais d’entretien atteignaient entre 6000 $ et 8000 $ par semaine, selon M. Tremblay.

Isolement

Avec une carrière politique de près de 35 ans à Shawinigan, le conseiller municipal convient que la situation actuelle le déstabilise un peu. Âgé de plus de 70 ans, il fait partie du groupe de personnes à qui le gouvernement du Québec demande un effort d’isolement supplémentaire, une véritable torture pour ce politicien expérimenté. «Je suis confiné à la maison. Ce n’est pas trop facile. Je suis sur l’ordinateur et le téléphone. Ça ne fait pas avancer les affaires trop vite», déplore celui qui, à l’image de la grande majorité des politiciens, privilégie nettement le contact en personne.