Une Régie de sécurité incendie pourrait être mise sur pied au sein de la MRC de Maskinongé en 2021.
Une Régie de sécurité incendie pourrait être mise sur pied au sein de la MRC de Maskinongé en 2021.

Régie de pompiers dans Maskinongé: décision en décembre

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Saint-Étienne-des-Grès — Les huit localités intéressées par la fondation d’une Régie de sécurité incendie au sein de la MRC de Maskinongé doivent se prononcer d’ici le 20 décembre afin de déterminer si cette démarche se poursuivra ou non. Si le projet se poursuit, il entraînera une hausse budgétaire pour quatre municipalités et une baisse pour autant de localités.

Des représentants de Saint-Étienne-des-Grès, de Saint-Mathieu-du-Parc, de Saint-Paulin, de Sainte-Ursule, de Saint-Boniface, de Charette, de Saint-Édouard-de-Maskinongé et de Saint-Justin ont pris part à une rencontre virtuelle le 10 novembre afin d’être informés des derniers développements de ce projet. Le budget de fonctionnement d’une future régie a entre autres été abordé.

Pour la première année, la régie fonctionnerait avec l’ensemble des budgets alloués à la sécurité incendie de chacune des municipalités. Par la suite, un système de quotes-parts serait établi.

Le maire de Saint-Étienne-des-Grès, Robert Landry, préside le comité d’étude du regroupement des services de sécurité incendie.

«Actuellement, on est huit. Tous les calculs ont été faits en fonction de huit municipalités. Si les huit disent oui, c’est un accord final. Mais si une ou deux débarquent, il faudra refaire les chiffres, car ce ne sera plus le même budget. On espère que les municipalités vont adopter des résolutions à savoir qu’ils poursuivent. Sinon, il faudra refaire les calculs en janvier», mentionne le maire de Saint-Étienne et le président du comité d’étude du regroupement, Robert Landry.

Les quotes-parts établies à partir de l’an 2 d’une régie ont été fixées selon la population, la richesse foncière, le nombre de bâtiments et la superficie de chaque territoire. Selon M. Landry, quatre municipalités paieraient moins, alors que quatre devraient débourser plus d’argent pour faire partie de la régie.

Saint-Étienne fait partie des municipalités dont la facture serait plus élevée. Malgré ce constat, M. Landry estime que la régie est une bonne affaire.

«Pour Saint-Étienne, c’est 10 000 $ de plus en 2022. Mais il faut voir ça comme un investissement. On aura une cavalerie d’environ 80 pompiers, un état-major commun pour gérer l’ensemble des municipalités, les gens parleront le même langage en arrivant sur le feu. La force du nombre est un avantage, on aura des gains sur l’achat en regroupement. J’ai fait le tour des régies existantes et les municipalités ne reviendraient pas localement. Il doit y avoir une raison.»

L’objectif est de mettre en place cette régie en 2021.