Le conseiller du district des Hêtres, Jean-Yves Tremblay, jette un regard critique sur la décision de procéder à la réfection de l’aréna Émile-Bédard, dans le secteur Saint-Georges.

Réfection de l’aréna Émile-Bédard: pas un besoin, selon Tremblay

Shawinigan — La décision d’investir 3,6 millions $ pour la réfection de l’aréna Émile-Bédard, dans le secteur Saint-Georges, ne résiste pas à l’analyse des données fournies au conseil municipal de Shawinigan par le Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire, selon le conseiller du district des Hêtres, Jean-Yves Tremblay. Voilà pourquoi, en assemblée publique mardi soir, il a demandé le vote sur cette résolution.

Depuis que Michel Angers a été élu maire en novembre 2009, il ne s’agissait que d’une troisième manifestation d’opposition en séance ordinaire. Aucun vote n’avait été demandé autour de la table depuis mars 2013.

Mardi, aucun autre conseiller n’a suivi le représentant du district des Hêtres dans sa réflexion. Le règlement d’emprunt de 3,557 millions $ a donc été adopté à la majorité.

Pourtant, selon M. Tremblay, entre 2008-2009 et 2018-2019, le nombre de jeunes fréquentant les arénas de Shawinigan est passé de 850 à 400. Dans ces conditions, l’expérimenté élu ne comprend pas l’orientation prise par ses collègues.

«Un aréna, ça coûte 400 000 $ à faire fonctionner annuellement», fait-il remarquer. «Nous avons investi dans les arénas de Shawinigan, Grand-Mère, Shawinigan-Sud et il restait celui-là. Quand on perd 400 jeunes, ça fait du monde!»

«Le bâtiment est fini», ajoute M. Tremblay. «L’argument que j’avais apporté et que j’avais dit et redit, c’était de demander pourquoi n’utiliserions-nous pas ce bâtiment pour qu’il serve à d’autres sports pour la communauté, comme du tennis, du pickleball, un mur d’escalade? Le besoin de refaire un aréna est-il valable?»

M. Tremblay est d’autant plus embarrassé par cette orientation qu’au début de l’année, les élus ont été ensevelis de commentaires de contribuables réclamant notamment un meilleur contrôle des dépenses.

«Rappelez-vous des critiques», pointe M. Tremblay. «Les gens trouvaient qu’on dépensait inutilement, que ça coûtait cher, qu’on ne voyait pas à notre affaire, qu’on ne se serrait pas la ceinture. Là, on sait que les arguments sont là, on entend ce que les gens disent, mais une fois sortis du budget, on se met à dépenser d’un bord et de l’autre. Voyons donc!»

«Quand on dépense pour des projets logiques, quand le besoin est là, d’accord. Mais pour quelque chose dont on n’a pas besoin, avec des preuves écrites, avec bientôt une seule organisation de hockey mineur... Nous avons demandé à des fonctionnaires de nous établir un portrait de la situation depuis dix ans. Ça a été suivi à la lettre, nous avions les chiffres exacts. Tous les élus en ont pris connaissance.»

Pas étonné

Le conseiller du district des Boisés, Martin Asselin, n’a pas sursauté en entendant son collègue demander le vote, même s’il s’agissait d’une première expérience du genre pour lui autour de la table.

«Je n’étais pas étonné, parce que lorsque le sujet était abordé, il disait qu’il était en désaccord. Il a tenu son bout», commente-t-il.

Sur le fond du dossier, M. Asselin répète que l’aréna Émile-Bédard représente un attrait essentiel pour le secteur Saint-Georges.

«Beaucoup de personnes de 75 ou 80 ans vont vendre leur maison au cours des prochaines années», explique-t-il. «Pour acheter ces maisons, les jeunes familles doivent avoir quelque chose pour les attirer, comme l’aréna.»

M. Asselin convient qu’avec cette réalisation, sa besace sera bien remplie. Au cours du présent mandat, le colossal projet d’assainissement des eaux usées et d’approvisionnement en eau potable autour du lac à la Tortue et maintenant, la réfection de l’aréna Émile-Bédard totaliseront, ensemble, environ 55 millions de dollars à eux seuls...

«C’est sûr que ce sont de gros projets», sourit M. Asselin. «Je me le fais dire et c’est vrai! Je suis content, mais des égouts, ce n’est pas ce qui attire les jeunes familles. Ils regardent les activités autour: des parcs, des jeux d’eau, un terrain de baseball, un aréna. Et une école aussi, c’est très important!»

Lors de la dernière assemblée publique, notons qu’à la période de questions, Alain Gervais et Samuel St-Onge ont félicité le conseil municipal pour la réfection de l’aréna de Saint-Georges.